dimanche 30 juin 2013

Suivre Jésus sur le chemin de la vie sans se retourner en arrière... Faire confiance... Au revoir Jacques.

138312
Bonjour!

Photo:
Un coucher de soleil à La Pocatière - Jean-Yves
-----

Dimanche, 30 juin 2013

Voici la Parole de Dieu de ce dimanche...
- 13e Semaine: Dimanche (C) -


(Luc 9,51-62): + Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem. Il envoya des messagers devant lui; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu'il se dirigeait vers Jérusalem. Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent: «Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire?». Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. Et ils partirent pour un autre village.

En cours de route, un homme dit à Jésus: «Je te suivrai partout où tu iras». Jésus lui déclara: «Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer la tête». Il dit à un autre: «Suis-moi». L'homme répondit: «Permets-moi d'aller d'abord enterrer mon père». Mais Jésus répliqua: «Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu». Un autre encore lui dit: «Je te suivrai, Seigneur; mais laisse-moi d'abord faire mes adieux aux gens de ma maison». Jésus lui répondit: «Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu».
--+--

Commentaire:
Abbé José MARTÍNEZ Colín (Culiacán, Mexique)

«Suis-moi»
Aujourd'hui, l'Évangile nous invite à penser à notre manière de suivre le Seigneur. Il est important de savoir le suivre de la façon dont Il s'attend qu'on le suive. Jacques et Jean n'avaient pas encore appris le message d'amour et de pardon: «Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire?» (Lc 9,54). Les autres qu'Il avait convoqués ne se détachaient toujours pas de leurs liens familiaux. Pour suivre Jésus et réaliser notre mission, il faut se libérer de tout attachement: «Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu» (Lc 9,62).

Lors d'une Journée Missionnaire Mondiale, Jean-Paul II fit un appel aux catholiques pour qu'ils soient missionnaires de l'Évangile du Christ, à travers le dialogue et le pardon. La devise était la suivante: “La mission est annonce de pardon”. Le Pape dit alors que seul l'amour de Dieu est capable de rassembler la famille des hommes de toute race et culture, et pourra faire disparaître les douloureuses divisions, les contrastes idéologiques, les inégalités économiques et les attaques violents qui oppriment jusqu’à maintenant l’Humanité. À travers l'évangélisation, les croyants aident les hommes à se reconnaître comme frères et soeurs.

Si nous nous sentons réellement frères et soeurs, nous pourrons commencer à comprendre et à dialoguer avec respect. Le Pape a insisté que l'effort pour un dialogue attentif et respectueux soit une condition pour un témoignage authentique de l'amour rédempteur de Dieu, car qui pardonne ouvre son cœur aux autres et se rend capable d'aimer. Le Seigneur nous le dit ainsi dans la Dernière Cène: «Que vous vous aimiez les uns les autres comme Je vous ai aimés (…). Ainsi, tous reconnaîtrons que vous êtes mes disciples» (Jn 13,34-35).

Évangéliser est la tâche de tous et chacun, bien
que de différentes façons. Pour certains, il sera nécessaire d'aller dans d'autres pays où on ne connaît pas encore Jésus. Pour d'autres, en revanche, il est nécessaire d'évangéliser son entourage. Demandons-nous, par exemple, si ceux et celles qui nous entourent savent et vivent les vérités fondamentales de notre foi. Tous et chacun pouvons et devons appuyer, avec notre prière, notre sacrifice et nos actions, le travail d’évangélisation, en plus du témoignage de notre pardon et compréhension pour les autres.  (D'après le site: Méditons l'Évangile d'aujourd'hui).

---+---

Et encore...

On est souvent attachés par toutes sortes de possessions...
Il est important de regarder en avant... d'oublier les erreurs passées...
Arrêtons de regarder le monde des morts...
Il faut se lancer en avant...
Il faut défricher en tout...
-----
Photo:
Cathédrale de Sainte-Anne-de-La-Pocatière
-----

Aujourd'hui, à la cathédrale c'est la messe de départ
de notre curé l'abbé Jacques Lajoie.
Après la messe, il y aura un banquet à la salle de l'Âge d'Or.
Cette messe de 10 h 30 réunira les paroissiens
de nos deux paroisses: La Pocatière et Saint-Onésime.
Venons en grand nombre dire merci à notre curé Jacques
pour ses 15 années de ministère dans notre paroisse.
-----


Merci Jacques pour ton accueil,
ton dévouement
et ton zèle apostolique.
Tu seras toujours le bienvenu chez-nous.
(L'Équipe de pastorale et les paroissiens).
-----

Bon dimanche!
Fraternellement!
Jean-Yves

samedi 29 juin 2013

» Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant...»

138274
Bonjour!

Samedi 20 juin 2013


Photos: (Ce sont 2 peintures de peintres de la région...)
Peintures - La Maison Hovington - Tadoussac - Jean-Yves
(Photos prises l'an dernier lors de notre passage avec un groupe de français.-
 On parle de cette maison aujourd'hui dans le journal Le Soleil de Québec.
Cette maison est un gîte du passant.)


-----

Voici la Paorle de Dieu de ce jour...

(Mt 16,13-19): + Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples: «Le Fils de l'homme, qui est-il, d'après ce que disent les hommes?». Ils répondirent: «Pour les uns, il est Jean Baptiste; pour d'autres, Élie; pour d'autres encore, Jérémie ou l'un des prophètes». Jésus leur dit: «Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je?». Prenant la parole, Simon-Pierre déclara: «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant!». Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara: «Heureux es-tu, Simon fils de Yonas: ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des: tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux».

Commentaire:
Mgr. Père TENA i Garriga, évêque auxiliare émérite de Barcelone
(Barcelona, Espagne)

Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant!

Aujourd'hui, est un jour consacré par le martyre des saints Apôtres Pierre et Paul! «Pierre, celui qui fut le premier à confesser la foi»; «Paul, celui qui l'a mise en lumière» (Préface). Aujourd'hui est un jour de gratitude pour la foi catholique, qui est aussi la nôtre, proclamée par la prédication de ces deux piliers de l'Église. Cette foi qui a vaincu le monde, parce qu'elle croit et annonce que Jésus est le Fils de Dieu: «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant!» (Mt 16,16). Les autres fêtes des apôtres saint Pierre et saint Paul envisagent d'autres aspects, mais aujourd'hui nous contemplons ce qui nous permet de les appeler les «premiers annonciateurs de la foi»: par leur martyre ils confirmèrent leur témoignage.

Leur foi, leur force dans la souffrance et le martyr, ne provenaient pas de leurs aptitudes personnelles. Ni la chair ni le sang n'ont révélé à Pierre qui était Jésus, mais le Père qui est aux cieux (cf. Mt 16,17). De même, la découverte de Jésus comme Seigneur par “celui qui le persécutait”, fût pour Saul, vraiment l'ouvre de la grâce de Dieu. Dans les deux cas, la liberté humaine que demande l'acte de foi s'appuie sur l'action de l'Esprit.

La foi des Apôtres est la foi de l'Église, une, sainte, catholique et apostolique. Depuis la confession de Pierre à Césarée-de-Philippe, «chaque jour, dans toute l'Église, c'est Pierre qui dit: ‘Vous êtes le Christ, Fils du Dieu vivant’» (Saint Léon le Grand). Depuis ce moment jusqu'à nos jours, une foule de chrétiens de tout âge, de toute culture, de toute époque et de tout ce qui fait des différences parmi les hommes, proclame à l'unanimité la même foi victorieuse.

Par le baptême et la confirmation nous sommes placés sur la voie difficile du témoignage, c'est-à-dire, sur celle du martyre. Il faut donc que désormais nous soyons attentifs au “laboratoire de la foi” que l'Esprit-Saint mène à terme en nous (Jean Paul II), en même temps que nous prions humblement pour pouvoir exprimer la joie de la foi de l'Église.
-----

Bonne fin de journée!
Jean-Yves
Fraternellement!
---

vendredi 28 juin 2013

«Si tu le veux, tu peux me purifier...» Il fut guéri...

138152
Bonjour!

Vendredi 28 juin 2013

Aujourd'hui c'est la fête de saint Irénée.

Irénée fut évêque de Lyon en France. Il a été martyrisé en l'an 206.
Il fut disciple de saint Polycarpe, lui-même disciple immédiat
de saint Jean l'évangéliste. C'est dire qu'Irénée est un témoin
de première valeur sur la vie de Jésus, sa mission et sa divinité.
(Au coeur du jour, une parole)
-----

La gloire de Dieu c'est l'homme vivant.
de saint Irénée - Lyon - contre les hérésies.

«La splendeur de Dieu est vivifiante: ceux qui voient Dieu,
reçoivent la vie. C'est pourquoi, lui, l'insaisissable, l'incompréhensible,
l'invisible, se donne aux hommes, en se rendant visible,
compréhensible et saisissable, pour vivifier ceux que le reçoivent
et ceux qui le voient. - car vivre sans la vis, c'est impossible:
la substance de la vie vient de la participation à Dieu;
et participer à Dieu, c'est voir Dieu et jouir de sa bonté.»
-----
Photo:
Lyon: Vestige de la première cathédrale.
-----

Cette photo a été prise à Lyon en 2011.
Nous étions avec François et Bernadette.
François est diacre à Sorbiers (Fance).
---

«Quand on ne choisit pas, quand on ne tranche pas, on laisse de facto
pourrir un problème qui ne peut se résorber par lui-même.
Nous attendons généralement que la crise ait atteint son apogée
avant d'intervenir et l'intervention est alors forcément douloureuse.
Toute crise, qu'elle soit professionnelle, affective ou relative à la santé,
doit être l'occasion de nous poser en priorité la question suivante:
«Que faut-il changer?».
(Frédéric Lenoir dans Petit traité de vie intérieure, au chapitre 16:
L'adversité est un maître spirituel).
-----

Parole de Dieu de ce jour...

Évangile selon St Matthieu, chapitre 8, 1-4

Lorsque Jésus descendit de la montagne, de grandes foules se mirent à le suivre. Et voici qu’un lépreux s’approcha, se prosterna devant lui et dit : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier. » Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » Aussitôt il fut purifié de sa lèpre. Jésus lui dit : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. Et donne l’offrande que Moïse a prescrite dans la Loi : ta guérison sera pour les gens un témoignage. »
-----

«Seigneur, tout mon désir est devant toi.
Tu es mon rempart et mon refuge:
j'espère en ta parole.»
(Au bréviaire de ce matin.)
-----


Photo:
de André Lavoie - Saint-Pacôme - Merci!
-----

Bonne journée!
Fraternellement!
Jean-Yves

mercredi 26 juin 2013

Est-ce que ma maison est bâtie sur le roc ou sur le sable?...

138,020
Bonjour!

Photo:
Le vieux moulin à Baie-Saint-Paul - Jean-Yves
-----

Jeudi 27 juin 2013

Voici la parole de Dieu de ce jour...

(Matthieu 7,21-29): + «Il ne suffit pas de me dire: ‘Seigneur, Seigneur!’, pour entrer dans le Royaume des cieux; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux. Ce jour-là, beaucoup me diront: ‘Seigneur, Seigneur, n'est-ce pas en ton nom que nous avons été prophètes, en ton nom que nous avons chassé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles?’. Alors je leur déclarerai: ‘Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui faites le mal!’.

«Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé et s'est abattue sur cette maison; la maison ne s'est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et tout homme qui écoute ce que je vous dis là sans le mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé, elle a secoué cette maison; la maison s'est écroulée, et son écroulement a été complet».

Jésus acheva ainsi son discours. Les foules étaient frappées par son enseignement, car il les instruisait en homme qui a autorité, et non pas comme leurs scribes.
-----
Pour notre réflexion...


1. Une foi authentique.
 (...) Si la foi ne change pas notre façon de vivre, alors c’est que nous n’avons pas la foi mais que nous nous accrochons à un substitut sans force ni valeur.

2. Construire sur le roc.
Si nous vivions dans une véritable société chrétienne, il serait relativement facile de poser les fondations de notre vie spirituelle. Dans l’état actuel des choses, on peut toujours s’attendre, même si la situation est calme, à un ouragan imprévu. Pour y faire face, il faut pouvoir déposer l’ancre rapidement. Quelle est la fondation sur laquelle le Christ nous demande de construire l’édifice de notre vie ? C’est l’obéissance à ses enseignements. En écoutant et en mettant en pratique l’enseignement du Christ, notre vie engendrera la vertu, au point où vivre chrétiennement deviendra une seconde nature. Y a-t-il quelqu’aspect de la vie du Christ que je ne mets pas en pratique ? Comment puis-je faire croître en moi la vertu ?

3. Construire sur le sable.
Il est triste de constater l’existence de vies faussement chrétiennes. Un certain nombre de personnes ont trouvé le moyen de rendre compatibles la vie chrétienne et la vie relâchée du monde. Petit à petit, ils posent les fondations de leur vie sur les sables mouvants de leurs sentiments, de leurs convictions et des opinions de ceux qui les entourent. Ces gens-là sont personnellement opposés à tous les maux mais n’osent pas, parce qu’ils en sont incapables, en condamner un seul. Graduellement, ils permettent aux vices, aux péchés, de prendre racine tout en maintenant leurs exercices de piété. A la fin, ce qu’ils croyaient stable s’écroulera et ils verront le véritable état des choses. Est-ce que j’en prends trop à mon aise dans mes engagements de chrétien ? Est-ce que j’ai l’audace de prendre parti ouvertement pour défendre la vérité ? (D'après catholique.org)
-----

Non au christianisme rigide

Homélie du matin, 27 juin 2013 (Pape François)

(Anne Kurian) ROME, 27 juin 2013 (Zenit.org) - Ni « esclaves de la superficialité » ni « esclaves de la rigidité », les chrétiens sont « libres » et savent « se réjouir de la vie que Jésus donne », construite sur le roc, souligne le pape François.

Le pape a célébré la messe avec le cardinal Raimundo Damasceno Assis, archevêque d’Aparecida, et en présence du personnel de la Direction de santé et d’hygiène du Vatican, ce 27 juin 2013 à la Maison Sainte-Marthe.

Selon Radio Vatican et L’Osservatore Romano, il a commenté l’Evangile du jour (Mt 7,21-29) où le Christ parle de la maison bâtie sur le roc ou sur le sable.

« Dans l’histoire de l’Eglise, il y a eu deux sortes de chrétiens : les chrétiens de paroles – [qui disent] “Seigneur, Seigneur, Seigneur” – et les chrétiens d’action, en vérité. »

Les « chrétiens de paroles » vivent « un christianisme sans Jésus, un christianisme sans le Christ. C’est ce qui est arrivé et arrive aujourd’hui dans l’Eglise : être des chrétiens sans le Christ. Il y a toujours eu la tentation de vivre le christianisme en dehors du rocher qu’est le Christ. »

Or, « le seul qui donne la liberté pour dire ‘Père’ à Dieu est le Christ, ou rocher. C’est le seul qui soutient dans les moments difficiles, non ? Comme le dit Jésus : la pluie tombe, les fleuves débordent, les vents soufflent, mais le rocher donne la sécurité, tandis que les paroles volent, ne servent pas. »

Le pape voit deux types de « chrétiens de paroles ». Un premier type de chrétien « pélagien » : ce sont les chrétiens qui « regardent le sol », « ceux qui croient que la vie doit tellement se prendre au sérieux qu’ils finissent par confondre solidité, fermeté, avec rigidité. Ce sont les rigides ! Ils pensent que pour être chrétien il est nécessaire de se mettre en deuil, tout le temps ».

Le second type, c’est le « gnostique – qui au lieu d’aimer le rocher, aime les belles paroles ». Ce sont « des chrétiens superficiels qui croient en Dieu, au Christ, mais [de façon] trop ‘diffuse’: ce n’est pas Jésus-Christ qui leur donne leur fondement. Ce sont les gnostiques modernes. La tentation du gnosticisme : un christianisme ‘liquide’ ».

Les premiers sont « esclaves de la superficialité, de cette vie diffuse », et les autres sont « esclaves de la rigidité, ils ne sont pas libres » car « l’Esprit-Saint ne trouve pas de place dans leur vie. C’est l’Esprit-Saint qui donne la liberté ! »

« Les premiers ont une certaine ‘gaieté’ superficielle. Les autres vivent dans une veillée funèbre continuelle, mais ils ne savent pas ce qu’est la joie chrétienne. Ils ne savent pas se réjouir de la vie que Jésus donne, parce qu’ils ne savent pas parler avec Jésus. Ils ne sentent pas Jésus, avec cette fermeté que donne la présence de Jésus. »

Ces chrétiens de paroles, « il y en a tant », a déploré le pape. Mais « ils ne sont pas chrétiens, ils se déguisent en chrétiens ». « Ils ne savent pas ce qu’est le Seigneur, ils ne savent pas ce qu’est le rocher, ils n’ont pas la liberté des chrétiens. Et, pour le dire un peu simplement, ils n’ont pas de joie ».

« Le Seigneur aujourd’hui invite à construire sa vie chrétienne sur Lui, le roc, qui donne la liberté, qui donne l’Esprit, qui fait avancer avec la joie, sur son chemin, dans ses propositions », a-t-il conclu.
------------------------------------------------------------------------------

Bonne journée!
Fraternellement!
Jean-Yves Fortin, diacre

mardi 25 juin 2013

«Tout arbre bon donne de bons fruits...» Quels fruits je donne?

137908> Ce chiffre indique le nombre de pages vues; vous pouvez comparer avec le chiffre du messsage précédent: cela vous dire combien de pages ont été ouvertes...
À l'avenir je l'indiquerai. Merci d'être là! Merci de venir enrichir ce blogue de votre présence et de votre prière. C'est une autre façon de faire Église...  
-----

Bonjour!

Mercredi 26 juin 2013


Photo:
Une représentation de Tadoussac sur peinture - Jean-Yves
(Nous y étions l'an dernier avec trois couples d'amis français)
-----

Personne n'est chrétien par hasard
(Homélie du matin, 25 juin 2013)

Anne Kurian - ROME, 25 juin 2013 (Zenit.org) - « Personne n’est chrétien par hasard » mais parce que Dieu « appelle [l'homme] par son nom » et fait « une promesse », affirme le pape François ce mardi 25 juin

Le pape a célébré la messe en présence de membres du Conseil pontifical « Cor unum », de collaborateurs de l’Académie pontificale pour la vie et du personnel de l'observatoire astronomique.

Selon L'Osservatore Romano, il a commenté la « lutte pour la terre » entre Abraham et Lot, racontée dans la première lecture (Gn 13,2.5-18) : « Quand je lis cela, je pense au Moyen-Orient et je demande au Seigneur qu’il donne à tous la sagesse, cette sagesse de ne pas se quereller – toi ici et moi là – pour la paix ».

La sécurité du chrétien

Pour le pape, la figure d’Abraham rappelle que « personne n’est chrétien par pur hasard : personne. Il y a un appel sur toi, sur toi, sur toi ». C’est un appel « par le nom, avec une promesse : ‘avance, je suis avec toi, je marche à côté de toi’ ».

Comme Jésus l’a promis également au jour de l'Ascension : « je serai avec vous tous les jours : à tes côtés, à tes côtés, à tes côtés. Toujours ».

« Dieu accompagne [l’homme], Dieu l’appelle par son nom, Dieu promet une descendance. Et c’est la sécurité du chrétien : ce n’est pas accidentel, c’est un appel. Un appel qui fait avancer. »

« Etre chrétien est un appel d’amour, d’amitié. Un appel à devenir fils de Dieu, frère de Jésus, à devenir fécond dans la transmission de cet appel aux autres, à devenir instrument de cet appel ».

Il y a aussi une promesse à la racine de l’histoire d’Abraham, qui part « pour aller il ne savait où, mais là où le Seigneur lui dirait » : « Lève les yeux et regarde, de l'endroit où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l'orient et l'occident. Tout le pays que tu vois, je te le donnerai, à toi et à ta postérité, pour toujours. ».

Du singulier au pluriel

« Cet homme, qui avait déjà peut-être 90 ans, regarde et croit à la parole de Dieu qui l’a invité à sortir de sa terre. Croire ». Il « quitte sa terre avec une promesse. Tout son chemin est d’aller vers cette promesse ».

« Dieu aime Abraham, une personne, et de cette personne il fait un peuple » : « son parcours est aussi un modèle du parcours [chrétien] ». En effet, « dans la Genèse, lors de la création, Dieu crée les étoiles, les plantes, les animaux ». Tout au pluriel. Mais « il crée l’homme : singulier. Un. Dieu parle toujours au singulier, parce qu’il a créé [l’homme] à son image et ressemblance. »

« Les chrétiens aussi ont été appelés au singulier… Dieu parle [à l’homme] au singulier comme il a parlé à Abraham, il lui a fait une promesse et l’a invité à sortir de sa terre ».

S’il y a dans la vie du chrétien « des problèmes, des moments difficiles », il y a « toujours cette sécurité : le Seigneur m’a appelé, le Seigneur est avec moi, le Seigneur m’a promis. Il est fidèle, Il ne peut se renier Lui-même. Il est la fidélité ».

Même si tout homme est « pécheur », le pape a exhorté à « avancer, avec le Seigneur. Avancer avec cette promesse qu’il a faite, avec cette promesse de fécondité … Il ne nous abandonnera jamais. Cette certitude du chrétien nous fera du bien ».
---


Photo:
Le fleuve Saint-Laurent vu à partir de Tadoussac - Jean-Yves
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...

(Matthieu 7,15-20): + «Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans ce sont des loups voraces. C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. On ne cueille pas du raisin sur des épines, ni des figues sur des chardons. C'est ainsi que tout arbre bon donne de beaux fruits, et que l'arbre mauvais donne des fruits détestables. Un arbre bon ne peut pas porter des fruits détestables, ni un arbre mauvais porter de beaux fruits. Tout arbre qui ne donne pas de beaux fruits est coupé et jeté au feu. C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez».
-----

«Je t'aime, Seigneur, ma force:
Seigneur, mon roc, ma forterese,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m'abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire!»
(Psaume 17, 2,3)
-----
 Diacre
au coeur de notre monde.
-----

Prions:
 
Pour le peuple de Syrie...
Pour les gens de l'Inde...
Pour toi... pour moi...
-----

Bonne journée!
Fraternellement!
Jean-Yves
-----

dimanche 23 juin 2013

«Et vous, qui dites-vous que je suis?...»


Bonjour!

Dimanche 23 juin 2013

Photo:
Basilique Notre-Dame-de-Québec - Jean-Yves
Pour marquer l'Année de la Foi,
on y percera une porte spéciale avec l'autorisation du Pape.
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...


(Luc 9,18-24): + Un jour que Jésus priait à l'écart, ayant avec lui ses disciples, il leur posa cette question: «Qui dit-on que je suis?». Ils répondirent: «Jean Baptiste; les autres, Élie; les autres, qu'un des anciens prophètes est ressuscité». «Et vous -leur demanda-t-il- qui dites-vous que je suis?». Pierre répondit: «Le Christ de Dieu». Jésus leur recommanda sévèrement de ne le dire à personne.


Il ajouta qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrît beaucoup, qu'il fût rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât le troisième jour. Puis il dit à tous: «Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge chaque jour de sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la sauvera».
-----

Lundi, jour de la Saint-Jean-Baptiste,
jour de la Fête nationale du Québec,
il y aura une messe spéciale
à la cathédrale de Sainte-Anne à 10 h 30.


-----

samedi 22 juin 2013

«À chaque jour suffit sa peine...» «Regardez les oiseaux du ciel... »


O N J O U R !

Samedi 22 juin 2013

 

Photo:
De Jacques Cimon - Photo prise hier soir en face de La Pocatière.
Quel magnifique coucher de soleil encore!
Merci Jacques; tu nous nourris!!!
J'ai vu aussi ces couleurs dans le ciel.
Quel beau coin du monde que La Pocatière!
Louange au Créateur!
Les visiteurs de notre blogue apprécient grandement.
-----

«Comment es-tu foyer de feu
et fraîcheur de la fontaine,
une brûlure, une douceur
qui rend saine nos blessures?»
(D'une hymne, au bréviaire de ce matin).
-----


Voici la Parole de Dieu de ce jour...


(Matthieu 6,24-34): «Aucun homme ne peut servir deux maîtres: ou bien il détestera l'un et aimera l'autre, ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent. C'est pourquoi je vous dis: Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements? Regardez les oiseaux du ciel: ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? D'ailleurs, qui d'entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence?


Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci? Observez comment poussent les lis des champs: ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'était pas habillé comme l'un d'eux. Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs, qui est là aujourd'hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi? Ne vous faites donc pas tant de souci; ne dites pas: ‘Qu'allons-nous manger?’ ou bien: ‘Qu'allons-nous boire?’ ou encore: ‘Avec quoi nous habiller?’. Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d'abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché. Ne vous faites pas tant de souci pour demain: demain se souciera de lui-même; à chaque jour suffit sa peine».
-----

Commentaire:
Père Jacques Philippe (Cordes sur Ciel, France)

«Cherchez d'abord son Règne et sa justice,
et toutes ces choses vous seront données en plus»

Aujourd'hui, l'Évangile parle clairement de vivre le "moment présent" : ne pas ressasser le passé mais s'abandonner à Dieu et à sa miséricorde. Ne pas se tourmenter pour le lendemain, mais le confier à la providence. Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus affirmait : "La seule chose qui me guide c'est l'abandon, je n'ai pas d'autre boussole !".

Le fait de se préoccuper n'a jamais résolu aucun problème. Ce qui résout les problèmes c'est la confiance, la foi. Jésus dit "Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ?".

La vie en soi n'est pas si compliquée, c'est l'homme qui manque de foi… L'existence n'est pas toujours facile. Parfois elle nous pèse ; souvent nous nous sentons blessés et scandalisés par ce qui arrive dans notre vie ou celle des autres. Mais affrontons tout cela avec de la foi et essayons de vivre, jour après jour, dans la confiance que Dieu remplira ses promesses. La foi nous conduira au salut.

"Ne vous souciez pas du lendemain : le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine" (Mt 6,34). Qu'est-ce que cela signifie ? Aujourd'hui, tâche de vivre de manière juste, selon la logique du Royaume, dans la confiance, la simplicité, la recherche de Dieu, l'abandon. Et Dieu s'occupera du reste…

Jour après jour. C'est très important. Ce qui nous épuise souvent ce sont tous ces retours sur le passé et la peur de l'avenir ; alors que lorsque nous vivons dans le moment présent, d'une manière mystérieuse, nous trouvons la force. Ce que je dois vivre aujourd'hui, je le vis avec la grâce. Si demain je dois faire face à des situations plus difficiles, Dieu m'accordera plus de grâce. La grâce de Dieu est donnée à l'instant, jour après jour. Vivre le moment présent suppose accepter la faiblesse : renoncer à refaire le passé et à contrôler l'avenir, se contenter du présent.
-----

Pas si facile... mais c'est ce qu'il y a à faire...
Remplissons notre vie de moments présents...
---

«La vie c'est comme une bicyclette,
il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre."
(Einsteim)
-----

Photo:
De André Lavoie - Saint-Pacôme - Merci!
-----

Diacre
au coeur de notre monde.
-----

Notre blogue...

Les visiteurs de notre blogue proviennent des pays suivants:

(En ordre de nombre)

France - Canada - États-Unis - Belgique - Allemagne -
Suisse - Russie - Viêt Nam - Côte d'Ivoire -
Royaume Uni - Ukraine - Polynésie française -
Lituanie - Turquie - Pays Bas - Cameroun - et autres...
Vous êtes un de ces visiteurs... -
Merci d'être là!
Je suis honoré de votre visite.

jyfortin2@hotmail.com

Pour tout commentaire ou pour une intention de prière
ou pour me faire parvenir une photo.

----
Fraternellemenet!
Bonne journée!
Jean-Yves
-----

jeudi 20 juin 2013

«Faites-vous des trésors dans le ciel...».

Bonjour!

Vendredi 21 juin 2013

Début de l'été!


Photo:
- Magnifique coucher de soleil - Mercredi soir le 19 juin -
- Jacques Cimon - MERCI! -
Note: Pour agrandir la photo, vous cliquez sur le côté gauche de la souris.
Plusieurs personnes ont déjà vu ta photo, Jacques!!!
Tu m'as donné le goût d'aller marcher au fleuvee ce matin...
Et j'ai pris des photos...
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...


(Matthieu 6,19-23): + «Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et la rouille les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

»La lampe du corps, c'est l'oeil. Donc, si ton oeil est vraiment clair, ton corps tout entier sera dans la lumière; mais si ton oeil est mauvais, ton corps tout entier sera plongé dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres y aura-t-il!».
-----

Commentaire:
Abbé Lluís RAVENTÓS i Artés (Tarragona, Espagne)


Faites-vous des trésors dans le ciel,
là où les mites et la rouille ne dévorent pas,
où les voleurs ne percent pas les murs pour voler

Aujourd'hui, le Seigneur nous dit que «la lampe du corps, c'est l'œil» (Mt 6,22). Saint-Thomas interprète qu'en parlant de l'œil, Jésus se réfère à l'intention de l'homme. Lorsque son intention est droite, lucide, dirigée vers Dieu, toutes nos actions sont brillantes et resplendissantes; par contre lorsque l'intention n'est pas droite, «quelles ténèbres y aura-t-il!» (cf. Mt 6, 23).

Notre intention peut manquer de droiture par malice, par méchanceté, mais normalement c'est par manque de sagesse. Nous vivons comme si nous étions venus au monde pour accumuler les richesses et nous ne pensons à rien d'autre. Gagner de l'argent, acheter, jeter, avoir. Nous voulons susciter l'admiration des autres, ou peut-être l'envie. Nous trompons, souffrons, nous nous chargeons de préoccupations et de déceptions et nous ne trouvons pas le bonheur que nous cherchons. Jésus nous fait cette offre: «Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler» (Mt 6, 20). Le ciel est le grenier des bonnes actions qui constituent un trésor pour toujours.

Soyons sincères avec nous-mêmes, en quoi employons-nous nos efforts, qu'est-ce qui nous motive? Certainement, le propre d'un bon chrétien est d'étudier et de travailler honnêtement pour se faire une place dans ce monde, pour élever dignement la famille, assurer le futur des siens et la tranquillité de sa vieillesse, travailler aussi pour aider les autres… Oui, tout ceci est le propre d'un bon chrétien. Mais si ce que tu cherches est d'avoir chaque fois plus, plaçant ainsi le cœur dans ces richesse, oubliant les bonnes actions, oubliant que nous sommes de passage en ce monde, que notre vie est une ombre qui passe, n'est-il pas vrai alors que nous avons l'œil plongé dans les ténèbres? Et si le sens commun s'embrouille «quelles ténèbres y aura-t-il!» (Mt 6, 23).
-----

«Ce jour que nous sentons lever,
Nous le voyons
Dans la clarté de ton visage.
Ne laisse pas le vent de nuit
Ni les démons
Éeindre en nous le feut qui luit
Sur ton Passage.»
(De l'hymne de ce soir - au bréviaire)
-----
Bonne journée!
Fraternellement!
Jean-Yves

mercredi 19 juin 2013

«Faites aux autres ce que vous voudriez qu'on vous fasse...».

BONJOUR!

Autel central: église de Saint-Pascal de Kamouraska:
Commentaires: très beau!!!
(Voir sur ma page d'hier...)
-----

Photo:
Décorations de table...
-----

Évangile d'aujourd'hui: Jeudi 20 juin 2013


(Matthieu 6,7-15): + «Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens: ils s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l'ayez demandé.


«Vous donc, priez ainsi: ‘Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié. Que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal’. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes».
-----

Commentaire:

Abbé Joan MARQUÉS i Suriñach (Vilamarí, Girona, Espagne)

Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi

Aujourd'hui, Jésus nous propose un idéal grand et difficile: le pardon des offenses. Et Il fixe une mesure très raisonnable: la nôtre. «Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes» (Mt 6,14-15). Ailleurs, Il indique la règle d'or de la sociabilité humaine: «Faites aux autres ce que vous voudriez qu’on fasse pour vous» (Mt 7,12).

Nous voulons que Dieu nous pardonne et les autres aussi; mais à nous, le pardon nous coûte. Il est difficile de demander pardon; mais pardonner coûte encore davantage. Si nous étions vraiment humbles, ce ne serait pas si difficile; mais l'orgueil rend les choses pénibles. Nous pouvons établir l'équation suivante: plus grande est l'humilité, plus grande la facilité; plus l'orgueil est grand, plus grande la difficulté. Voilà une piste pour connaître ton degré d'humilité.

À la fin de la guerre d'Espagne (1939), des prêtres libérés de captivité célébrèrent une messe d'action de grâce dans l'église d'Els Omells. Après les paroles du Notre Père «Pardonne-nous nos offenses», le célébrant s'arrêta, il ne pouvait continuer. Il ne se sentait pas le courage de pardonner à ceux qui, ici même, dans ce camps de travaux forcés, l'avait fait tant souffrir. Quelques instants passèrent dans un silence qu’on aurait pu couper au couteau. Puis il reprit le fil de la prière: «comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés». Ensuite, ils se demandèrent entre eux quelle avait été la meilleure homélie. Tous tombèrent d'accord: celle du silence du célébrant quand il priait le Notre Père. Ça coûte, mais c’est possible avec l'aide de Dieu.

En plus, le pardon que Dieu nous octroie est total, il va jusqu'à l'oubli. Nous oublions bien vite les faveurs qu'on nous a faites, mais les offenses... Si les couples savaient les oublier, bien des drames familiaux seraient évités ou résolus.

Que la Mère de la miséricorde nous aide à comprendre les autres et à leur pardonner avec générosité.
-----

«Dans le Notre Père, nous disons: «Que ton nom soit sanctifié».
Ce n'est pas parce que nous souhaitons que Dieu soit sanctifié
par nos prières, mais parce que nous demandons au Seigneur
que son nom soit sanctifié en nous.»
(Office des Lectures - mardi 18 juin)
-----

Prions...

Les uns pour les autres...
Pour que la paix revienne en Syrie...
-----
Photo:
Carmel
En juin 2012 / Sont-elle encore là? / Jean-Yves
-----

«Jamais la nature ne dit une chose et la sagesse une autre.»
(Juvénal)
-----


Bonne journée!
Fraternellement!
Jean-Yves