mercredi 31 décembre 2014

(189,471) Le Verbe s'est fait chair... Il a habité parmi nous...

Bonjour!
Mercredi 31 décembre 2014
Fête de saint Sylvestre 1er - pape


«Accueillons la grâce.
Mettons-nous à genoux devant cet enfant 
couché dans une mangeoire. 
Osons contempler l'amour qui nous est manifesté. 
Nous sommes si étonnés 
que nous appelons cet événement un mystère.»
(Lise Hudon-Bonin)
-----

Aujourd'hui: dernier jour de l'année 2014

Qu'est-ce qu'on est fiers d'offrir à Dieu?
Et demandons pardon pour le mal qu'on a fait...

Seigneur,
regarde ce qui est beau et grand en moi...
Et oublie le reste comme moi je veux l'oublier...
Rendons grâce à Dieu pour sa miséricorde.
Accueillons la grâce.
-----

«Tout vrai amour est l'histoire d'une longue patience.»
(Guy Joyal)
-----

«Nul n'est une île»
(Thomas Merton)
«Nous sommes des êtres de relation.
Nous avons besoin de créer des liens avec nos semblables.»
(Guy Joyal)
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...


Evangile selon St Jean, chapitre 1, 1-18

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.
Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu.
Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom.
Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.
Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

lundi 29 décembre 2014

(189,310) Deux vieillards témoignent de la présence de Jésus, le Sauveur...


 « La famille chrétienne est missionnaire : 
elle annonce au monde l’amour de Dieu » : 
Tweet du pape François 
pour la fête de la Sainte Famille.
-----



Bonjour!
Mardi, 30 décembre 2014
Calendrier liturgique: Fête de saint Roger - évêque.
-----

«À mesure que nous avançons en âge, 
c'est vers l'essentiel qui sous sommes appelés à nous tourner. 
Quel que soit notre âge, 
nous pouvons demeurer unis 
à notre Dieu et révéler Jésus à d'autres.»
(Denise Lamarche / Carnet de l'Avent - Vie liturgique)

-----

«Notre degré d'amour pour Dieu est le même 
que celui que nous avons 
pour les personnes que nous aimons le moins. 
Mais lui nous aime quand même.»
(Guy Joyal / Libres pour aimer)
-----


«Au cœur de la nuit s'accomplit la merveille:
le Messie attendu est là sous nos yeux,
notre Sauveur, Alleluia, Noël!

Au cœur de la nuit, une mère contemple
son enfant bien-aimé, le Fils du Très-Haut,
l'Emmanuel, Alleluia, Noël!

Au cœur de la nuit, le Seigneur nous fait signe.
Avançons dans l'amour, Jésus est présent,
Dieu-avec-nous, Alleluia, Noël!»

(Madeleine Dubé / Calendrier 2014 - Au fil des jours - NOVALIS)
-----

-----

Parole de Dieu de ce jour...

(Luc 2,36-40): Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. 

Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.
-----

Un commentaire de la Parole...

(...) Par son assiduité au jeûne et à la prière, Anne fait figure non seulement de la veuve parfaite (1 Tim 5, 5), mais de l’humanité repentante qui s’est tournée vers Dieu dans le désir de sa venue. Le ministère prophétique de ces deux vieillards dont les yeux déjà s’éteignent, nous désigne Jésus comme la « lumière », la « miséricorde » et comme promesse de « bonheur ». Telles sont les paroles d’espérance que le Père adresse en son Fils, à tous ceux qui souffrent des ténèbres du péché et désirent ardemment le salut que lui seul peut leur donner.
Au terme de sa vie, relisant tout son cheminement avec le Seigneur Jésus pour en partager l’essentiel avec les croyants, saint Jean synthétise son enseignement en quelques traits qui explicitent l’accomplissement de ces trois paroles prophétiques :
- Vous connaissez le Verbe lumière, qui existe depuis le commencement ;
- Vous avez vaincu le Mauvais par la puissance de sa miséricorde ;
- Vous connaissez le bonheur d’être enfants du Père et de vivre de son Esprit.
Au milieu de toutes les vicissitudes de ce monde qui passe, cette triple certitude - qui correspond aux trois vertus théologales - devrait nous sauver de la tristesse et nous garder dans une vivante espérance, « proclamant les louanges de Dieu, et annonçant la réalisation de la promesse à tous ceux qui attendent la délivrance de Jérusalem ».
Le Seigneur ne nous demande pas des choses extraordinaires : il les a lui-même accomplies pour nous il y a deux mille ans !
Il nous demande seulement de rester fidèles à la Parole de lumière qu’il nous a donnée pour qu’elle soit une lampe sur nos pas, une lumière sur notre route.
Il nous exhorte au combat spirituel en renonçant à « l’amour du monde et de ce qui est dans le monde », car « les désirs égoïstes de la nature humaine, les désirs du regard, l’orgueil de la richesse » sont incompatibles avec l’amour du Père.
Il nous encourage à résister au Mauvais en comptant sur sa grâce, et à nous relever de nos chutes en nous appuyant sur sa miséricorde.
Il nous invite à nous attacher fermement à sa volonté, afin d’échapper aux séductions de « ce monde qui est en train de disparaître », et de demeurer en lui dès à présent et pour toujours (cf. 1ère lect.).
C’est ainsi que nous connaîtrons le bonheur de voir grandir et se fortifier en nos cœurs l’enfant divin, dont le germe a été déposé en nous au jour de notre baptême ; et la grâce de Dieu sera sur nous à jamais.

« Donne-nous Seigneur de demeurer jour et nuit vigilants dans le Temple de notre cœur où tu résides. Quelle que soit notre activité, que notre conscience demeure éveillée en ta présence afin que nous soyons forts pour vaincre le Mauvais ; que ta parole réside en nous pour nous montrer la route à suivre ; que ton Esprit illumine nos âmes afin que nous puissions discerner et accomplir ta volonté en toutes choses. Alors nous pourrons rendre à ton Nom la gloire et la puissance qui lui reviennent et proclamer ta royauté universelle à toutes les nations (cf. Ps 95) ».    
Père Joseph-Marie - homélies.fr - Famille de Saint-Joseph 
-----

Photo:
Sculpture d'une crèche haïtienne.

-----

___Bonne journée!___
Jean-Yves









dimanche 28 décembre 2014

(189,240) Nous avons à nous émerveiller devant un Dieu qui se fait enfant...

Bonjour!
Lundi 29 décembre 2014

Photo:
Dans l'église de Saint-François de Montmagny
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour... 

Luc, chapitre 2, 22-35 Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.

Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.
Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.
Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.
Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »
Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de 
ce qui était dit de lui.
-----

Pour notre réflexion...

1. Syméon était un homme de Dieu. L’évangéliste Luc nous dit qu’il était si juste et religieux, que l’Esprit Saint reposait sur lui ! Quel homme ! En effet, un peu plus loin dans le récit, nous verrons que l’Esprit Saint viendra reposer sur Jésus, le messie, le Fils de Dieu. C’est donc le même Esprit qui les guide tous deux. Docile à ses inspirations, Syméon se rend au Temple. Syméon sait discerner la voix de Dieu, malgré toutes les affaires de ce monde qui l’occupent. C’est un homme d’écoute. Il ne s’écoute pas lui-même. Il écoute la voix de l’Esprit qui résonne en lui dans le silence de son cœur, dans la simplicité de sa prière ou dans l’inattendu d’un événement.

2. Où le mène la voix de l’Esprit ? à Jésus ! Le Verbe de Dieu s’est fait chair pour que tous les hommes aient accès à lui. Par une intuition toute particulière, Syméon est amené à chercher Jésus au Temple de Jérusalem le jour de sa présentation. A peine quelques jours après la naissance de Jésus, Syméon est invité à contempler le grand mystère de ce Dieu tout-puissant, qui a décidé de s’abaisser à notre condition mortelle. Quelle humilité de Dieu ! Même si la nuit de Noël est déjà passée, nous sommes appelés, nous aussi, comme Syméon, à contempler et à nous émerveiller devant ce grand mystère, d’un Dieu qui se fait tout petit. C’est là que nous devons chercher Dieu : dans la simplicité et l’humilité de notre quotidien, dans les choses les plus insignifiantes.

3. Guidé par l’Esprit, Syméon est un prophète. Il sait que cet enfant inoffensif et impuissant est pourtant la pierre d’achoppement à laquelle tout homme de tout temps sera confronté. Cet enfant représente le salut de l’humanité entière. Quel mystère ! Il faut les yeux de la foi pour le percer et l’accepter. De plus, Syméon prophétise déjà comment ce salut se réalisera par la croix. Une épée transpercera le cœur de sa mère, c’est dire qu’elle sera témoin de la vie offerte de son Fils quelques trente trois années plus tard. Incarnation, crucifixion et Résurrection se voient indissociablement unies, dès les premiers jours d’existence de cet Enfant-Sauveur.
---
Photo:
Qui m'a fourni cette photo?
Probablement André Lavoie... - Merci!
-----

Bonne journée!
Jean-Yves

*
**
***
Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction ? et toi, ton âme sera traversée d’un glaive ? : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

vendredi 26 décembre 2014

(189,037) Étienne, un premier témoin, un premier martyr...

Bonjour!
Vendredi 26 décembre 2014
---
«En créant l'homme, Dieu avait déjà décidé 
d'aller à sa rencontre.»
(J. Croteau)
-----

Photo:
Crèche de la Cathédrale à La Pocatière.
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...

Texte de l'Évangile (Mt 10,17-22): «Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi: il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom; mais celui qui aura persévéré jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé».
-----

Commentaire:
+ Abbé Joan BUSQUETS i Masana (Sabadell, Barcelona, Espagne)
Ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues

Aujourd'hui, l'Église célèbre la fête de son premier martyr, le diacre Saint Étienne. Parfois, L'Évangile peut nous sembler déconcertant. Hier, il éveillait chez nous des sentiments de joie et de plaisir par la naissance de l'enfant Jésus: «Les bergers repartirent; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé» (Lc 2,20). Aujourd'hui, par contre, il semble vouloir nous mettre en garde contre des dangers: «Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront» (Mt 10,17). Tous ceux qui veulent être de vrais témoins, comme les bergers dans la joie de la naissance, doivent aussi être courageux comme Étienne quand il a proclamé la Mort et Résurrection de cet Enfant qui avait la Vie en Lui.

L'Esprit qui couvrît de son ombre, Marie, la Vierge Mère de Dieu, pour permettre la réalisation du plan de Dieu pour sauver les hommes; le même Esprit qui se posa sur chacun des Apôtres pour leur permettre de quitter leur refuge et divulguer partout la Bonne Nouvelle —l'Évangile— est aussi celui qui donne la force à ce jeune homme qui discutait avec les docteurs de la loi à la synagogue «sans pouvoir tenir tête à la sagesse et à l'Esprit Saint qui inspiraient ses paroles» (Ac 6,10).

C'était un martyr en vie. Martyr signifie “témoin”. Et il fût aussi un martyr par sa mort. Vivant, il a cru aux paroles du Maître: «Ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là» (Mt 10,19). Étienne, «rempli de l'Esprit Saint, regardait vers le ciel; il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu» (Ac 7,55). Étienne l'a vu et il l'a dit. Si le chrétien d'aujourd'hui est un témoin de Jésus Christ, ce qu'il a vu avec les yeux de la foi il doit le dire aussi sans peur avec les paroles les plus compréhensibles, c'est à dire, avec des faits, avec des œuvres.

mercredi 24 décembre 2014

(188,917) Une histoire de bergers et de moutons... / Joyeux Noël!...

Bonjour!
Mercredi 24 décembre 2014



En cette veille de Noël, je vous offre ce conte sur la nativité...

Une histoire de moutons et de bergers…

Par une nuit froide, à Bethléem, quelques bergers gardaient leurs moutons.
Ils s’étaient fait un feu pour se réchauffer et veillaient autour.
Entre leurs assoupissements, enveloppés dans leurs peaux de moutons,
ils se racontaient, pour passer le temps,  des histoires de moutons…

« Cet après-midi, dit l’un d’eux, j’ai perdu ma brebis noire. Je l’ai cherchée partout dans les crevasses, dans les ravins, sur le bord du torrent… Au bout d’une heure et presque à la brunante, je l’ai retrouvée, prise dans les ronces… J’étais tellement heureux de l’avoir retrouvée! Je l’ai installée sur mes épaules, car elle s’était blessée à une patte. J’ai rejoint le troupeau en chantant des psaumes au Seigneur d’Israël et en criant des « Alleluia » comme un vrai fou! »

À peine avait-il fini son histoire de brebis égarée qu’une clarté se fit dans
la nuit du ciel. Alors apparut un ange qui leur dit: « Soyez sans crainte,
car voici, je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David,
un Sauveur qui est le Christ Seigneur… »

Dans la nuit, ils sont allés immédiatement rencontrer cet enfant-sauveur.

Les bergers, ces pauvres nomades, gardiens de moutons, ont compris ce qu’était un sauveur, eux qui cherchaient assez souvent un mouton égaré, une brebis perdue… D’autant plus qu’on leur avait souvent annoncé qu’un sauveur viendrait les libérer de l’esclavage des Romains…

Bienheureux bergers qui ont compris la bonne nouvelle annoncée aux pauvres…

Noël rappelle la naissance de Celui qui est venu à nous pour nous sauver : pour sauver le peuple des humains. Accueillons, nous aussi, ce Fils de Dieu qui vient à notre rencontre.

Joyeux Noël!

Jean-Yves Fortin, diacre




lundi 22 décembre 2014

(188,756) La grandeur de Dieu a fait merveille en Marie... Cette merveille nous a élevés au rang de son Fils...

...Bonjour!...

Lundi 22 décembre 2014


Voici la Parole de Dieu de ce jour... 

(Luc 1,46-56): Marie dit: «Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint, et sa miséricorde s'étend d'âge en âge Sur ceux qui le craignent. Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses. Il a renversé les puissants de leurs trônes, et il a élevé les humbles. Il a rassasié de biens les affamés, et il a renvoyé les riches à vide. Il a secouru Israël, son serviteur, et il s'est souvenu de sa miséricorde, —comme il l'avait dit à nos pères— envers Abraham et sa postérité pour toujours».
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois. Puis elle retourna chez elle.
Commentaire: 
Abbé Francesc PERARNAU i Cañellas (Girona, Espagne)
Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu

Aujourd'hui, l’évangile présente à notre considération le Magnificat, que Marie, pleine de joie, entonne dans la maison de sa parente Elisabeth, mère de Jean Baptiste. Les paroles de Marie nous apportent une réminiscence d'autres chants bibliques qu'elle connaissait très bien et qu'elle avait récités et contemplés à tant d'occasions. Mais, maintenant sur ses lèvres, ces mêmes paroles ont un sentiment beaucoup plus profond: l'esprit de la Mère de Dieu transparaît à travers elle et nous montre la pureté de son cœur. Chaque jour, l'Église le fait sien dans la Liturgie des Heures quand, priant les veilles, elle dirige vers le ciel ce même chant avec lequel Marie se réjouissait, bénissait et rendait grâce à Dieu pour toutes ses bontés.

Marie a bénéficié de la grâce la plus extraordinaire que jamais une autre femme n'a reçu et ne recevra: elle a été l'élue de Dieu, parmi toutes les femmes de l'histoire, pour être la Mère du Messie Rédempteur que l'Humanité attendait depuis des siècles. C'est l'honneur le plus haut jamais connu pour une personne humaine; et elle le reçoit avec une total simplicité et humilité, se rendant compte que tout est grâce, offrande, et qu'elle n'est rien devant l'immensité du pouvoir et de la grandeur de Dieu, qui a fait des merveilles en elle (cf. Luc 1,49). Une grande leçon d'humilité pour nous tous, fils d'Adam et héritiers d'une nature humaine marquée profondément par le péché originel duquel, jour après jour, nous en portons les conséquences.

Nous arrivons au final du temps de l'Avent, qui est un temps de conversion et de purification. Aujourd'hui c'est Marie qui nous enseigne le meilleur chemin. Méditer la prière de notre Mère —en voulant la faire nôtre— nous aidera a être plus humbles. Sainte Marie nous aidera si on lui demande avec confiance.

-----
«Seigneur, j'ai faim non seulement de pain,
mais de bonheur pour moi et pour les autres.
Comble cette faim qui se creuse en moi.»
-----

«Quel admirable échange!
Le créateur de l'homme, en prenant chair de la Vierge Marie,
nous donne part à sa divinité.»
(Antienne de l'Octave de Noël)
-----
«Nous sommes aimés de Dieu tels que nous sommes.»
(Jean Vanier)

-----
«Au fond, on a tous un peu besoin de l'amabilité des autres 
afin d'être soi-même aimable.»
-----

Diacre
au cœur de notre monde
-----

Bonne journée!
Jean-Yves
*
***
*****
(Sainte Madeleine Sophie Barat)
-----

vendredi 19 décembre 2014

(188,474)La miséricorde du Seigneur...

Bonjour!
Vendredi 20 décembre 2014

«Le Seigneur nous regarde toujours avec miséricorde; 
ne l'oublions pas, il nous regarde toujours avec miséricorde, 
il nous attend avec miséricorde. 
N'ayons pas peur de nous approcher de lui! 
Il a un cœur miséricordieux!»
(Pape François)¸
-----

Bonne journée!
Jean-Yves

mercredi 17 décembre 2014

(188,370) Dieu veut que nous participions à ses plans...

Bonjour!
Jeudi 18 décembre 2014




Voici la Parole de Dieu de ce jour...

(Mt 1,18-24): Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement; il décida de la répudier en secret. 

Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit: «Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse: l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire: "Le-Seigneur-sauve"), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés». Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète: Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit: "Dieu-avec-nous". Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit: il prit chez lui son épouse.
-----
Commentaire: 
Abbé Antoni CAROL i Hostench (Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)
Joseph, fils de David, ne crains pas 
de prendre chez toi Marie, ton épouse

Aujourd'hui, la liturgie de la parole nous invite à considérer le merveilleux exemple de saint Joseph. Il fut extraordinairement généreux et délicat envers Marie, sa fiancée.

Il est hors de doute que tous deux étaient d'excellentes personnes, qui s'aimaient plus que tout autre couple. Mais, en même temps, il faut reconnaître que le Très-Haut voulut que leur amour conjugal passât par des circonstances très exigeantes.

Le Pape Jean Paul II a écrit que «le christianisme est la surprise d'un Dieu qui s'est mis du côté de sa créature». De fait, c'est Lui qui prit “l'initiative”: pour venir en ce monde, il n'a pas attendu que nous le méritions. Malgré ça, il propose cette initiative, il ne l'impose pas: c'est tout juste s'il ne demande pas la permission, dirions-nous. Sa vocation de Mère de Dieu, il la proposa à Marie —mais ne la lui imposa pas! «Lui, qui avait eu le pouvoir de tout créer à partir du néant, refusa de refaire sans le concours de Marie ce qui avait été profané» (Saint Anselme).

Mais Dieu ne demande pas seulement notre permission; il veut aussi que nous participions à ses plans, et que cette participation soit héroïque. Et tel fut le cas pour Marie et Joseph. L'Enfant Jésus avait besoin de parents. Mieux, il avait besoin de parents héroïques, qui durent se battre pour défendre la vie du “petit Rédempteur”.

Il est très beau que Marie n'ait révélé que fort peu de détails de son enfantement: un événement aussi emblématique n'est raconté qu'en deux versets (cf. Lc 2,6-7). Elle fut en revanche plus diserte sur la délicatesse de Joseph, son époux, envers elle. Le fait est que «avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint» (Mt 1,19), et pour ne pas risquer de ternir sa réputation, Joseph était prêt à disparaître discrètement et à renoncer à son amour (circonstance qui entraînait un certain discrédit social). Ainsi, avant que la loi de la charité n'ait été promulguée, saint Joseph la pratiquait déjà: Marie (et sa juste relation avec elle) fut sa loi.
-----
Merci!
À tous nos visiteurs qui viennent des pays suivants:

France - Canada - États-Unis - Allemagne -
Belgique - Russie - Suisse - Vietnam -
Côte d'Ivoire - Ukraine - Pologne -
Martinique - Cameroun -
Congo-Kinshasa - Gabon - Royaume-Uni -
Indonésie - Maroc - et plusieurs autres...

Merci d'être là 
pour partager la Parole de Dieu. 
-----

Peut-on encore espérer la paix sur la terre?...
Gardons l'espérance...
-----

«La famille est la cellule fondamentale de la société humaine.»
Faisons tous les efforts pour garder nos familles unies.
-----

«La vie ne nous a pas été donnée 
pour que nous la conservions jalousement pour nous-mêmes, 
mais elle nous a été donnée pour que nous l'offrions.»
(Pape François)
-----

«Seigneur, sans toi notre vie se fane, notre être se meurt. 
Sois notre eau vive; rafraîchis-nous, 
nourris-nous, vivifie-nous!» 
(Jules Beaulac)
---

Pour commentaires ou suggestions:
jyfortin2@hotmail.com 
-----

Bonne Journée!
Jean-Yves

mardi 16 décembre 2014

(188,219) Quels sont mes choix?...

Bonjour!
Mardi 16 décembre 2014


Voici la Parole de Dieu de ce jour...

(Mt 21,28-32): Jésus disait aux chefs des prêtres et aux anciens: «Que pensez-vous de ceci? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit: ‘Mon enfant, va travailler aujourd'hui à ma vigne’. Celui-ci répondit: ‘Je ne veux pas’. Mais ensuite, s'étant repenti, il y alla. Abordant le second, le père lui dit la même chose. Celui-ci répondit: ‘Oui, Seigneur!’ et il n'y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père?». Ils lui répondent: «Le premier». Jésus leur dit: «Amen, je vous le déclare: les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n'avez pas cru à sa parole; tandis que les publicains et les prostituées y ont cru. Mais vous, même après avoir vu cela, vous ne vous êtes pas repentis pour croire à sa parole».


dimanche 14 décembre 2014

(188,056) Dieu nous trace un chemin à travers le quotidien de nos vies pour nous mener à lui...

Bonjour!
Dimanche 14 décembre 2014


Photo:
Orgue d'une église de Bretagne (Jean-Yves)
-----

Apportons un peu d'espérance 
au cœur des hommes de ce temps...
---
Peut-on être toujours dans la joie?
...prier sans relâche?
À travers la régularité de notre prière, 
nous avançons sous le regarde de Dieu...
Être chrétien c'est discerner, à la lumière de la Parole de Dieu, 
ce qui est bon pour le garder et le faire fructifier 
et ce qui est mal pour s'en éloigner.
---
À travers les événements de notre vie 
Dieu construit quelque chose...
Dieu est en train de tracer une route 
à travers le désert...
Redresser les chemins du Seigneur 
c'est une oeuvre quotidienne 
et c'est une oeuvre qui nous confronte...
---
Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas...
Dans notre vie, dans l'histoire des hommes...
(Cardinal André Vingt-Trois - Archevêque de Paris (7-11-1942)
-----


Voici la Parole de Dieu de ce jour... 

Texte de l'Évangile (Jn 1,6-8.19-28): Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander: «Qui es-tu ?» Il le reconnut ouvertement, il déclara: «Je ne suis pas le Messie». Ils lui demandèrent: «Qui es-tu donc? Es-tu le prophète Élie?». Il répondit: «Non. —Alors es-tu le grand Prophète?» Il répondit: «Ce n'est pas moi». Alors ils lui dirent: «Qui es-tu? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même?». Il répondit: «Je suis la voix qui crie à travers le désert: ‘Aplanissez le chemin du Seigneur’, comme a dit le prophète Isaïe».

Or, certains des envoyés étaient des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question: «Si tu n'es ni le Messie, ni Élie, ni le grand Prophète, pourquoi baptises-tu?». Jean leur répondit: «Moi, je baptise dans l'eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas: c'est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale». Tout cela s'est passé à Béthanie-de-Transjordanie, à l'endroit où Jean baptisait.

vendredi 12 décembre 2014

(187,980) Il faut un regard neuf et un cœur nouveau pour reconnaître les voies de Dieu...

Bonjour!
Samedi le 13 décembre 2014
Photo:
Une vue de la Rivière Ouelle.
-----
Voici la parole de Dieu de ce jour... 
(Mt 17,10-13): Les disciples interrogèrent Jésus: «Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d'abord?». Jésus leur répondit: «Élie va venir pour remettre tout en place. Mais, je vous le déclare: Élie est déjà venu; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu. Le Fils de l'homme, lui aussi, va souffrir par eux». Alors les disciples comprirent qu'il leur parlait de Jean le Baptiste.
Commentaire: Abbé Xavier SOBREVÍA i Vidal (Castelldefels, Espagne)
Élie est déjà venu; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu

Aujourd'hui, Jésus discute avec ses disciples en descendant de la montagne où ils ont vécu la Transfiguration. Pierre lui avait proposé de rester là-haut, mais le Seigneur n'a pas accepté, et il redescend tout en répondant à leurs questions. Eux, qui viennent de partager brièvement la gloire de Dieu, sont déconcertés: ils ne comprennent pas que le Messie soit venu avant le prophète Élie, qui devait tout préparer.

Mais la préparation a déjà eu lieu. «Je vous le déclare: Élie est déjà venu» (Mt 17,12): C'est Jean-Baptiste qui a préparé la route. Mais les gens de ce monde ne reconnaissent pas les hommes de Dieu, ni les prophètes de ce monde les prophètes de Dieu, ou les puissants de la Terre la divinité de Jésus-Christ.

Il faut un regard neuf, un cœur nouveau, pour reconnaître les voies de Dieu et répondre avec générosité et allégresse à l'appel exigeant de ses envoyés. Tout le monde n'est pas enclin à le comprendre et, moins encore, à le vivre. Mieux, nos vies et nos projets peuvent contrarier la volonté du Seigneur et cette opposition aller jusqu'à la lutte et au rejet de notre Père du Ciel.

Il nous faut découvrir l'intense amour qui guide les desseins de Dieu sur nous et, si nous sommes conséquents avec la foi et la morale que Jésus nous révèle, les mauvais traitements, la diffamation et les persécutions ne nous surprendront pas. Être sur le bon chemin ne nous épargne pas les difficultés de l'existence et Il nous invite à aller de l'avant en dépit de la souffrance.

Demandons à la Mère de Jésus, Reine des Apôtres, d'intercéder pour qu'à nul ne manque des amis qui, comme les prophètes, lui annoncent la Bonne Nouvelle du salut que nous apporte la naissance de Jésus. À toi et à moi, il nous incombe de faire en sorte que ce Noël soit vécu plus chrétiennement par les personnes que nous rencontrerons sur notre route.
-----


Photo: CEGEP de La Pocatière
Milieu de vie des étudiants. 
-----

-----
Bonne journée!
Jean-Yve4s

jeudi 11 décembre 2014

(187,929) La question écologique... / Et nous? Comment est notre foi?...

« La question écologique est vitale 
pour la survie de l’homme 
et a une dimension morale 
qui nous touche tous ». 
(Tweet du Pape François / 11 déc. 2014)
-----

Photo:
Une halte sur la montagne du collège à La Pocatière (Jean-Yves)
-----

Bonjour!
Vendredi 12 décembre 2014

Voici la Parole de Dieu de ce jour...

Texte de l'Évangile (Mt 11,13-19): «A qui vais-je comparer cette génération? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d'autres: ‘Nous vous avons joué de la flûte, et vous n'avez pas dansé. Nous avons entonné des chants de deuil, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine’. Jean Baptiste est venu, en effet; il ne mange pas, il ne boit pas, et l'on dit: ‘C'est un possédé!’. Le Fils de l'homme est venu: il mange et il boit, et l'on dit: ‘C'est un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs’. Mais la sagesse de Dieu se révèle juste à travers ce qu'elle fait».
Commentaire: Abbé Antoni CAROL i Hostench (Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)
A qui vais-je comparer cette génération?

Aujourd'hui nous devrions être émus par le soupir du Seigneur: «A qui vais-je comparer cette génération?» (Mt 11,16). Jésus est abasourdi par nos cœurs souvent anticonformistes et ingrats. Nous ne sommes jamais contents, nous sommes toujours en train de nous plaindre. Nous osons même l'accuser et le rendre responsable de tout ce qui nous incommode.

Mais «la sagesse de Dieu se révèle juste à travers ce qu'elle fait» (Mt 11,19): il suffit de contempler le mystère de Noël. Et nous? Comment est notre foi? Est-ce qu'avec nos lamentations nous n'essayons pas de dissimuler l'absence de réponse? Voilà une bonne question à se poser en ce temps de l'Avent!

Dieu vient à la rencontre de l'homme, mais l'homme –et plus particulièrement l'homme moderne– se cache. Certains, comme Hérode ont peur. D'autres, sont, tout simplement, dérangés par sa présence: «A mort! A mort! Crucifie-le!» (Jn 19,15). Jésus est «Dieu-qui-vient» (Benoit XVI) et nous nous ressemblons à «l'homme-qui-part»: «Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu» (Jn 1,11).

Pourquoi fuyons-nous? A cause de notre manque d'humilité. Saint Jean-Baptiste recommandait de nous "diminuer". Et l'Eglise nous le rappelle chaque année à l'arrivée de l'Avent. Ainsi donc, faisons nous tout petits afin de pouvoir comprendre et accueillir le "Petit-bon-Dieu". Il se présente à nous dans l'humilité de ses couches: et jamais auparavant on n'avait annoncé un "Dieu-avec-des-couches"! Nous faisons une piètre image aux yeux de Dieu quand nous prétendons nous cacher derrière des fausses excuses et de faux prétextes. Déjà au printemps de l'humanité Adam rejette la faute sur Eve, Eve sur le serpent et… même après tant de siècles, nous n'avons pas changé.

Mais Jésus-Dieu arrive dans le froid et la pauvreté extrême de Bethléem et ne nous a fait aucun reproche. Au contraire!: il commence déjà à porter sur ses petites épaules toutes nos fautes. Alors, allons-nous avoir peur de Lui? Est-ce que nos excuses seront valables face au Petit Dieu? «Le signe de Dieu est l'Enfant: apprenons à vivre avec Lui et à pratiquer comme Lui l'humilité» (Benoit XVI).

mercredi 10 décembre 2014

(187,837) Une invitation à la conversion du cœur... / Un hommage à Jean Béliveau...

Bonjour!
Jeudi 11 décembre 2014


Photo:
Village de Rivière-Ouelle avec son pont, son église et son école...
(Jean-Yves)
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...

(Mt 11,11-15): «Amen, je vous le dis: Parmi les hommes, il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s'en emparer. Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu'à Jean. Et, si vous voulez bien comprendre, le prophète Élie qui doit venir, c'est lui. Celui qui a des oreilles, qu'il entende!».
-----
Une réflexion...
«La violence dont il est question dans cette page d'évangile est celle qui pousse à un changement radical, à une conversion du cœur, à une réorientation de toute la vie pour mieux accueillir le Seigneur, l'écouter et le suivre. Cela n'est pas facile, puisqu'il est toujours exigent de marcher à la suite du Christ portant la croix sur laquelle il sera crucifié. Il suffit de nous observer nous-mêmes pour reconnaître comment nous sommes déchirés intérieurement quant il s'agit de choisir librement soit notre satisfaction immédiate, soit une réponse généreuse à ce Dieu qui nous appelle à tourner notre cœur vers lui.
Nous faire violence pour parvenir à cette conversion de foi, c'est bien cela qui nous est proposé. Et c'est bien ce qui permet de faire advenir le règne de Dieu.»  (Cahier Vie liturgique de ce jour)
***************************************************************

-----------
-----

Aujourd'hui, (10 décembre), les canadiens ont assisté, grâce à la télévision, aux funérailles nationales de Jean Béliveau, un des plus grands joueurs du club de hockey Les Canadiens de Montréal de la Ligue de Hockey Canadiennne.
Jean Béliveau était entré chez les Canadiens de Montréal en 1950, à l'âge de 19 ans. Il a joué dans cette ligue jusqu'à sa retraite en 1971. Durant ce temps, ce club de hockey a remporté 19 coupes Stanly. 
-----

«Je voudrais qu'on se rappelle de moi comme d'un bon joueur d'équipe.»
(Une parole de Jean Béliveau alors qu'on lui demandait:
«Comment voulez-vous qu'on se rappelle de vous?».
------
«L'idole de tout un peuple.»
(Yvan Cournoyer: un co-équipier).
-----
Paroles de Jeff Molson 
propriétaire des Canadiens de Montréal:
«Il plaçait les autres avant lui.»
«Son nom apparaît plus souvent sur la coupe Stanly 
que n'importe qui d'autre».
«Les valeurs qu'il laisse: 
humilité, abnégation, loyauté, courage générosité».
«Nos joueurs ont beaucoup appris durant la dernière semaine.»
-----
Parole du Premier Ministre Philippe Couillard:
«Voilà ce que c'est d'être un homme.»
-----

-----------

Au revoir et merci!
-----



«Son