samedi 30 mai 2015

(201,097) Par quelle autorité fais-tu cela?...

Bonjour!
Samedi 30 mai 2015


Photo: 
Le chemin pédestre sur le bord du fleuve - La Pocatière 
(Jean-Yves)
-----

«Dieu ne nous sauve pas de la souffrance, 
mais dans la souffrance; 
il ne nous enlève pas la douleur, 
mais la remplit de sa présence, 
pour la transformer. 
Il ne nous sort pas des tempêtes, 
mais il nous donne le courage dans nos tempêtes.
(Ermes Ronchi)
-----

Vent de Pentecôte
Réveille-nous
Fais-nous témoins pour le Royaume
Vent de pentecôte 
Souffle puissant
Emporte-nous au cœur du monde.
(Chant - Guy Jalbert)
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour... 

(Mc 11,27-33): Jésus et ses disciples reviennent à Jérusalem. Et comme Jésus allait et venait dans le Temple, les chefs des prêtres, les scribes et les anciens vinrent le trouver. Ils lui demandaient: «Par quelle autorité fais-tu cela? Ou bien qui t'a donné autorité pour le faire?». Jésus leur dit: «Je vais vous poser une seule question. Répondez-moi, et je vous dirai par quelle autorité je fais cela. Le baptême de Jean venait-il du ciel ou des hommes? Répondez-moi».

Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement: «Si nous disons: ‘Du ciel’, il va dire: ‘Pourquoi donc n'avez-vous pas cru à sa parole?’. Mais allons-nous dire: ‘Des hommes’?». Ils redoutaient la foule, car tout le monde estimait que Jean était réellement un prophète. Ils répondent donc à Jésus: «Nous ne savons pas!». Alors Jésus leur dit: «Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais cela».
-----
Commentaire: Abbé Antoni BALLESTER i Díaz (Camarasa, Lleida, Espagne)
Par quelle autorité fais-tu cela?
Aujourd'hui, l'Évangile nous demande de songer à l'intention avec laquelle nous allons trouver Jésus. Il y a ceux qui y vont sans foi, sans reconnaître son autorité: «les chefs des prêtres, les scribes et les anciens vinrent le trouver. Ils lui demandaient: ‘Par quelle autorité fais-tu cela? Ou bien qui t'a donné autorité pour le faire?’» 
(Mc 11,27-28).

Si nous ne parlons pas à Dieu dans nos prières, nous n'aurons pas la foi. Mais, comme le dit saint Grégoire le Grand, «lorsque nous insistons avec véhémence dans la prière, Dieu s'arrête dans notre cœur et nous recouvrons la vue perdue». Si notre disposition est bonne, même si nous nous trompons, en voyant que l'autre a raison, nous accueillerons ses paroles. Si notre intention est bonne, même si nous traînons le poids du péché, quand nous prierons, Dieu nous fera comprendre notre misère pour que nous puissions nous réconcilier avec Lui, en Lui demandant pardon de tout notre cœur moyennant le sacrement de la pénitence.

Foi et prière vont de pair. Saint Augustin nous dit que «si la foi s'éteint, la prière cesse elle-même d'exister. Croyons donc pour assurer le succès de nos prières, et prions pour que notre foi ne vienne pas à faiblir. La foi produit la prière, et la prière à son tour obtient l'affermissement de la foi». Si notre intention est bonne, et que nous nous adressons à Jésus, nous découvrirons qui Il est et nous comprendrons quand Il nous demande: «Le baptême de Jean venait-il du ciel ou des hommes?» (Mc 11,30). Par la foi, nous savons qu'il venait du ciel, et que son autorité Lui vient aussi de son Père, qui est Dieu, et de Lui même, car Il est la deuxième Personne de la Sainte Trinité.

Parce que nous savons que Jésus est l'unique sauveur du monde, nous nous adressons à Marie qui est aussi notre Mère, pour accueillir la parole et la vie de Jésus, avec bonne intention et bonne volonté, et pour avoir la paix et la joie des enfants de Dieu.
-----

Bonne journée!
Jean-Yves 

jeudi 28 mai 2015

(200,947) Ce que vous demandez sincèrement dans la prière, croyez que vous l'avez déjà reçu...

Bonjour!
Vendredi 29 mai 2015

Photo:
L'escalier de la Trinité dans la montagne du Collège - La Pocatière
(Jean-Yves)
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...
8e Semaine: Vendredi

(Mc 11,11-25): Jésus entra à Jérusalem, dans le Temple. Il inspecta du regard toutes choses et, comme c'était déjà le soir, il sortit avec les Douze pour aller à Béthanie. 


Le lendemain, quand ils quittèrent Béthanie, il eut faim. Voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s'il y trouverait quelque chose; mais, en s'approchant, il ne trouva que des feuilles, car ce n'était pas la saison des figues. Alors il dit au figuier: «Que jamais plus personne ne mange de tes fruits!». Et ses disciples écoutaient. 

Ils arrivent à Jérusalem. Alors Jésus entra dans le Temple et se mit à expulser ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le Temple. Il renversa les comptoirs des changeurs et les sièges des marchands de colombes, et il ne laissait personne traverser le Temple en portant quoi que ce soit. Il enseignait, et il déclarait aux gens: «L'Écriture ne dit-elle pas: Ma maison s'appellera maison de prière pour toutes les nations? Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits». Les chefs des prêtres et les scribes apprirent la chose, et ils cherchaient comment le faire mourir. En effet, ils avaient peur de lui, car toute la foule était frappée par son enseignement. Et quand le soir tombait, Jésus et ses disciples s'en allaient hors de la ville.

Le lendemain matin, en passant, ils virent le figuier qui était desséché jusqu'aux racines. Pierre, se rappelant ce qui s'était passé, dit à Jésus: «Rabbi, regarde: le figuier que tu as maudit est desséché». Alors Jésus leur déclare: «Ayez foi en Dieu. Amen, je vous le dis: tout homme qui dira à cette montagne: ‘Enlève-toi de là, et va te jeter dans la mer’, s'il ne doute pas dans son cœur, mais croit que ce qu'il dit va arriver, cela lui sera accordé! C'est pourquoi, je vous le dis: tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l'avez déjà reçu, cela vous sera accordé. Et quand vous êtes là, en train de prier, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez-lui, pour que votre Père qui est aux cieux vous pardonne aussi vos fautes».
-----
Commentaire:
Abbé Agustí BOADAS Llavat OFM (Barcelona, Espagne)
Tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l'avez déjà reçu

Aujourd'hui, fruit et prière sont les mots-clés de l'Évangile. Le Seigneur s'approche d'un figuier et, n'y trouvant que des feuilles, Il réagit en le maudissant. D'après saint Isidore de Séville, “figue” et “fruit” ont la même racine. Le lendemain, les Apôtres, surpris, lui disent: «Rabbi, regarde: le figuier que tu as maudit est desséché» (Mc 11,21). En réponse, Jésus-Christ leur parle de la foi et de la prière: «Ayez foi en Dieu» (Mc 11,22).

Il y a des gens qui ne prient presque jamais et, lorsqu'ils le font, c'est en espérant que Dieu puisse résoudre pour eux un problème si compliqué qu'ils ne voient pas de solution. Et ils justifient leur attitude par les paroles de Jésus que nous venons d'entendre: «tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l'avez déjà reçu, cela vous sera accordé» (Mc 11,24). Ils ont raison. Il est très humain, compréhensible et légitime que, devant des problèmes qui nous dépassent, nous fassions confiance à Dieu, à une force supérieure à la nôtre.

Mais il faut ajouter que toute prière est “inutile” («votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l'ayez demandé»: Mt 6,8), en ce sens qu'elle n'a pas d'utilité pratique directe, comme —par exemple— celle d'allumer une lumière. Nous ne recevons rien en échange de notre prière, parce que tout ce que nous recevons de Dieu est grâce pour grâce.

Alors, faut-il prier? Certainement, car c'est maintenant que nous savons que nous recevons la grâce, que la prière a le plus de valeur: parce qu'elle est “inutile” et “gratuite”. En plus, la prière de demande nous apporte trois bienfaits: la paix intérieure (rencontrer Jésus, notre ami, et avoir confiance en Dieu, c'est relaxant); réfléchir, rationaliser un problème et savoir comment le présenter, c'est l'avoir presque résolu; enfin, la prière nous aide à distinguer entre ce qui est bon et ce qui n’est peut-être qu'un caprice. Alors, après-coup, nous comprendrons avec les yeux de la foi ce que Jésus nous dit: «Tout ce que vous demanderez en invoquant mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils» (Jn 14,13).
-----

Vent de Pentecôte
Vent d'ouragan
Purifie-nous, balaie nos craintes
vent de pentecôte
Vent d'amitié
Rassemble-nous, détruis nos haines.
(Chant de Guy Jalbert)
-----

«La joie véritable est souvent cachée derrière les petites choses 
et s'obtient en accomplissant son devoir quotidien 
dans un esprit de service.»
(Benoît XVI)
-----

«Ami, n'est-ce pas le nom que nous souhaitons pouvoir dire 
quand, à l'autre bout de la vie, nous éprouverons la pauvreté extrême 
qui précède la mort: Jésus, mon ami, viens me prendre par la main
(Lucien Robitaille / Tu as tous les noms)
-----

«Emploie bien le temps de ta jeunesse, 
c'est sur lui que repose ton avenir.»
(Proverbe suédois)
----- 


Bonne journée!
Jean-Yves


mardi 26 mai 2015

(200,815) Le règne de Dieu passe par l'humilité et le service...

Bonjour!
Mercredi 27 mai 2015


Voici la Parole de Dieu de ce jour...

 (Mc 10,32-45): Les disciples étaient en route avec Jésus pour monter à Jérusalem; Jésus les précédait; ils étaient effrayés, et ceux qui suivaient étaient aussi dans la crainte. Prenant de nouveau les Douze avec lui, il se mit à leur dire ce qui allait lui arriver: «Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l'homme sera livré aux chefs des prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort, ils le livreront aux païens, ils se moqueront de lui, ils cracheront sur lui, ils le flagelleront et le tueront, et trois jours après, il ressuscitera». 

Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s'approchent de Jésus et lui disent: «Maître, nous voudrions que tu exauces notre demande». Il leur dit: «Que voudriez-vous que je fasse pour vous?». Ils lui répondirent: «Accorde-nous de siéger, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche, dans ta gloire». Jésus leur dit: «Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire, recevoir le baptême dans lequel je vais être plongé?». Ils lui disaient: «Nous le pouvons». Il répond: «La coupe que je vais boire, vous y boirez; et le baptême dans lequel je vais être plongé, vous le recevrez. Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m'appartient pas de l'accorder, il y a ceux pour qui ces places sont préparées».

Les dix autres avaient entendu, et ils s'indignaient contre Jacques et Jean. Jésus les appelle et leur dit: «Vous le savez: ceux que l'on regarde comme chefs des nations païennes commandent en maîtres; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l'esclave de tous: car le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude».
----

Pour notre réflexion...

1. Donner sa vie pour porter du fruit.
Ce passage de l’Évangile nous présente la troisième et la dernière annonce de la Passion du Christ à ses disciples. En effet, Jésus se rapproche de Jérusalem et il veut préparer ses disciples à ce qui va se passer. Il veut leur faire comprendre que sa mission passe par le mystère de sa Passion, que c’est seulement avec sa mort qu’il y aura la Résurrection. Un chemin à suivre pour tout chrétien. Rappelons-nous ces paroles du Christ : « Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jean 12, 24) ou encore « Celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera » (Matthieu 16, 25).

2. Boire le calice.
Cependant les disciples semblent ne pas avoir encore tout compris. Voilà que Jacques et Jean demandent à être à sa droite et à sa gauche dans son royaume. Et Jésus de répondre : « vous ne savez pas ce que vous demandez ». En effet, avant de prétendre être à sa droite, il faut suivre le Christ jusqu’au bout, c’est-à-dire boire au même calice et être baptisé du même baptême. Le calice que Jésus boira sera celui du jardin de Gethsémani : celui de sa Passion, et son baptême aboutira à la croix.
Le Christ, de nos jours, nous pose aussi la question, à nous qui voulons le suivre. A chaque chrétien il demande : « Es-tu prêt à boire mon calice, à souffrir, à être persécuté, insulté, tout cela à cause de mon nom ? ». Car, comme nous le rappelle Jésus : « Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi » (Jean 15, 20). Mais n’oublions jamais que le Christ n’est pas mort en vain, de la même façon, mort et renoncement à nous-mêmes aboutiront à la Résurrection et porteront du fruit.

3. Serviteur de tous.
 Jésus, à la fin ce cet Évangile, souligne encore une fois que son règne n’est pas comme celui de ce monde. Il n’est pas un messie politique qui prétendrait expulser les romains de Palestine. Son règne, au contraire, passe par l’humilité et le service.
Souvenons-nous du message adressé par le Pape François aux jeunes lors des JMJ à Rio : « La vie de Jésus est une vie pour les autres. C’est une vie de service. Saint Paul, dans la lecture que nous venons d’entendre disait : "Je me suis fait le serviteur de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible" (1 Co 9, 19). Pour annoncer Jésus, Paul s’est fait "serviteur de tous". Évangéliser, c’est témoigner en premier l’amour de Dieu, c’est dépasser nos égoïsmes, c’est servir en nous inclinant pour laver les pieds de nos frères comme a fait Jésus ». N’espérons donc pas une vie commode, tranquille, sans croix. Suivons donc l’exemple que le Seigneur nous a donné, c’est-à-dire être serviteur de tous.(ref: catholique.org)
-----

Vent de Pentecôte... 

Vent de Pentecôte
Envahis-nous
Ravive-nous, refais nos forces
Vent de Pentecôte
Souffle divin
Redonne vie à ton Église.
(Guy Jalbert)


Photo:
Petit pont à la Seigneurie des Aulnaies. (Jean-Yves)
-----

Merci à vos visiteurs et lecteurs... 

Ils proviennent des pays suivants:

Canada - France - États-Unis - Allemagne -
Belgique - Russie - Suisse - Ukraine - Vietnam - 
Côte d'Ivoire - Chine - Espagne - Biélorussie -
Israël - Togo - Congo-Kinshasa - Haïti...
et autres encore... 

Pour un commentaire:
jyfortin2@hotmail.com 

-----

«La joie véritable est signe d'une richesse de cœur 
crée par l'action intérieure de l'Esprit de Dieu.»
(René Bernard)
-----

Bonne journée!
Fraternellement!
Jean-Yves

lundi 25 mai 2015

(200,700)... Il était pourtant désireux d'aller plus loin en s'adressant à Jésus...

Bonjour!
Lundi 25 mai 2015


Voici la Parole de Dieu de ce jour...

Texte de l'Évangile (Mc 10,17-27): Jésus se mettait en route quand un homme accourut vers lui, se mit à genoux et lui demanda: «Bon maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?». Jésus lui dit: «Pourquoi m'appelles-tu bon? Personne n'est bon, sinon Dieu seul. Tu connais les commandements: Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d'adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère». L'homme répondit: «Maître, j'ai observé tous ces commandements depuis ma jeunesse». Posant alors son regard sur lui, Jésus se mit à l'aimer. Il lui dit: «Une seule chose te manque: va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel; puis viens et suis-moi». Mais lui, à ces mots, devint sombre et s'en alla tout triste, car il avait de grands biens.

Alors Jésus regarde tout autour de lui et dit à ses disciples: «Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu!». Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles. Mais Jésus reprend: «Mes enfants, comme il est difficile d'entrer dans le royaume de Dieu. Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu». De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux: «Mais alors, qui peut être sauvé?». Jésus les regarde et répond: «Pour les hommes, cela est impossible, mais pas pour Dieu; car tout est possible à Dieu».
----
Commentaire:
Abbé Joaquim PETIT Llimona, L.C. (Barcelona, Espagne)
Va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel; puis viens et suis-moi
Aujourd'hui, la liturgie nous offre un Évangile qui ne peut laisser indifférent si on l'aborde avec un cœur sincère.

Personne ne doutera des bonnes intentions de ce jeune homme qui s'approcha de Jésus pour lui demander: «Bon maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?» (Mc 10,17). Si l'on s'en tient à ce que nous conte saint Marc, il est clair que dans ce cœur nichait le besoin de quelque chose de plus, car il est facile de supposer que —comme tout bon israélite— il connaissait très bien ce que la Loi disait à ce sujet, mais en son for intérieur, il était désireux d'aller plus loin; voilà pourquoi il s'adresse à Jésus.

Dans notre vie intérieure, nous devons apprendre à dépasser cette vision qui réduit la foi à un pur accomplissement. La foi, c'est bien davantage. C'est une adhésion du cœur à Quelqu'un, qui est Dieu. Quand nous mettons notre cœur dans quelque chose, nous y mettons aussi notre vie et, dans le cas de la foi, nous surmontons alors le conformisme qui paraît aujourd'hui tenailler l'existence de tant de croyants. Celui qui aime ne se contente pas de donner n'importe quoi; il cherche une relation personnelle, intime; il profite du moindre détail et sait découvrir en tout une occasion de grandir en amour. Celui qui aime se donne.

En réalité, la réponse de Jésus à la question du jeune homme est une porte ouverte sur ce don total par amour: «Va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel; puis viens et suis-moi» (Mc 10,21). Ce n'est pas le simple abandon de ce que l'on a, mais un abandon qui est don de soi, expression authentique de l'amour. Ouvrons donc notre cœur à cet amour-donation. Vivons sur ce registre notre relation avec Dieu. Prier, servir, travailler, se dépasser, se sacrifier: chemins du don de soi, chemins d'amour. Que le Seigneur trouve en nous non seulement un cœur sincère, mais aussi un cœur généreux et ouvert aux exigences de l'amour. 
-----

Prions...

Pour les 21 participants-tes qui vivent actuellement 
le programme «Venez à l'écart» 
à la Maison La Madone de Trois-Rivières.
Ces personnes sont des agents-tes de pastorale, 
des diacres et des prêtres provenant des diocèses du Québec.
-----

Bonne journée!
Jean-Yves


Photo:
De l'Isle-aux-Grues
La photo a été prise du côté nord de l'île. 
-----

samedi 23 mai 2015

(200,553) «Recevez l'Esprit Saint...» / «Ils furent remplis de l'Esprit...» / Quel don de l'Esprit désires-tu recevoir en particulier?...

Bonjour!
Dimanche 24 mai 2015


La Pentecôte

Voici la Parole de Dieu de ce jour...
(Jn 20,19-23): Ce même soir, le premier jour de la semaine, les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d'eux. Il leur dit: «La paix soit avec vous!». Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau: «La paix soit avec vous! De même que le Père m'a envoyé, moi aussi, je vous envoie». Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit: «Recevez l'Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus».
Commentaire: 
Mgr. Josep Àngel SAIZ i Meneses Evêque de Terrassa (Barcelona, Espagne)
«Recevez l'Esprit Saint»
Aujourd'hui le jour de la Pentecôte, se mène à bien l'accomplissement de la promesse faite par le Christ aux Apôtres. Le même soir du jour de Pâques Il répandit sur eux son souffle et leur dit: «Recevez l'Esprit Saint» (Jn 20:22). La venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte renouvelle et apporte à sa plénitude ce don de façon solennelle et avec des manifestations externes. Ainsi culmine le mystère pascal.

L'Esprit que Jésus transmet crée dans le disciple une nouvelle condition humaine et un sens d'unité. Lorsque l'orgueil de l'homme s'élève jusqu'à se dresser contre Dieu en voulant édifier la tour de Babel, Dieu confonde les langages et ils ne peuvent plus se faire comprendre les uns aux autres.

À la Pentecôte il arrive juste le contraire: par la grâce de l'Esprit Saint, les Apôtres sont compris par des gens d'origine et langages le plus divers.

L'Esprit Saint est le Maître intérieur qui amène le disciple vers la vérité, qui le pousse à faire le bien, qui le console dans sa douleur, qui le transforme intérieurement, et lui donne une nouvelle force et capacité.

Le premier jour de la Pentecôte de l'ère chrétienne, les Apôtres étaient réunis en compagnie de Marie, et ils priaient. Le recueillement, l'attitude priante est tout à fait indispensable pour recevoir l'Esprit Saint. «Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d'un violent coup de vent: toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d'eux» (Ac 2:2-3).

Alors ils furent tous remplis de l'Esprit Saint, et se mirent à prêcher courageusement. Ces hommes effrayés s'étaient transformés en courageux prédicateurs qui ne craignaient prison, ni torture, ni martyre. C'est normal; la force de l'Esprit Saint était avec eux.

L'Esprit Saint, troisième Personne de la Très Sainte Trinité, c'est l'âme de mon âme, la vie de ma vie, l'être de mon être; c'est mon sanctificateur, l'hôte de mon intérieur le plus profonde. Pour arriver à la maturité dans la vie de foi il faut que notre rapport avec Lui soit chaque fois plus conscient, plus personnel. Dans cette célébration de la Pentecôte ouvrons à deux battants les portes de notre intérieur.
-----

Prions...

Pour toutes les personnes, jeune et adultes 
qui reçoivent le sacrement de la confirmation aujourd'hui...


Lors des confirmations, hier en fin d'après-midi , à Notre-Dame-du-Portage, 
un jeune a répondu à Mgr Moreau - qui demandait: «Quel don aimerais-tu recevoir en particulier?» - , en disant qu'il voulait recevoir en particulier de don de sagesse pour reconnaître ce qu'il y a de beau et de grand 
en lui et dans les autres...

Peut-être que nous pouvons aussi demander de recevoir encore le don 
de sagesse à notre tour...
-----

Aujourd'hui Il y a des confirmations:
à 10 h 00 à Saint-Denis-de-Kamouraska (jeunes) 
à 14 h 30 à la Cathédrale de Sainte-Anne (adultes)
par Mgr Moreau, évêque du diocèse.
Prions pour tous ceux et celles qui seront confirmés 
aujourd'hui dans le monde.
-----


«Si la vie provient d'un miracle, 
chaque instant de la vie devient aussi un miracle.»
(François Dabezies)
-----

«La Trinité n'est pas d'abord un mystère. 
C'est d'abord une présence. 
Une présence immense dans laquelle notre existence est submergée.»
(Pensée tirée du feuillet paroissial de N.-D.-du-Portage. - Merci!)
-----


Bonne journée!
Jean-Yves 

vendredi 22 mai 2015

(200,448) Nous savons que son témoignage est vrai...

Bonjour!
Samedi 23 mai 2015


Photo:
Dans les jardins de l'évêché de Sainte-Anne...
L'heure du temps... Cadran solaire. (Jean-Yves)
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...

(Jn 21,20-25): En se retournant, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. (C'est lui qui, pendant le repas, s'était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire: «Seigneur, quel est celui qui va te livrer?») Pierre, voyant ce disciple, dit à Jésus: «Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il?». Jésus lui répond: «Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne, est-ce ton affaire? Mais toi, suis-moi». Ainsi se répandit parmi les frères l'idée que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n'avait pas dit à Pierre: «Il ne mourra pas», mais: «Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne, est-ce ton affaire?».

C'est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, et qui l'a rapporté par écrit, et nous savons que son témoignage est vrai. Il y a encore beaucoup d'autres choses que Jésus a faites; et s'il fallait rapporter chacune d'elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l'on écrirait ainsi.
-----
Commentaire: 
Abbé Fidel CATALÁN i Catalán (Terrassa, Barcelona, Espagne)
C'est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, 
et qui l'a rapporté par écrit, et nous savons que son témoignage est vrai

Aujourd'hui, nous lisons la dernière partie de l'Évangile de saint Jean. Il s'agit en effet, de la fin de l'appendice inséré par la communauté de Jean au texte original. En l'occurrence il s'agit d'un texte délibérément significatif. Le Seigneur ressuscité se montre à ses disciples et Il renouvelle leur adhésion, particulièrement celle de Pierre. Et ensuite l'Évangile continue avec le texte de l'Évangile d'aujourd'hui.

L'image du disciple aimé de Jésus est au centre de ce passage et même dans tout l'Évangile de saint Jean. Il peut faire référence à une personne concrète —Jean le disciple— ou bien il se peut qu'elle fasse référence à l'image de tout disciple bien aimé de Jésus. Quelle que soit sa signification le texte aide à donner un semblant de continuité à l'expérience vécue par les apôtres. Le Seigneur ressuscité leur affirme sa présence à coté de ceux qui Le suivent.

«Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne» (Jn 21,22) cela nous donne confirmation de cette continuité bien plus qu'un élément chronologique dans l'espace et dans le temps. Le disciple bien-aimé rend témoignage de cela dans la mesure où il est conscient que le Seigneur est avec lui en toute circonstance. C'est la raison pour laquelle il peut l'écrire et sa parole est véritable, car par sa main il rend témoignage de l'expérience continue de ceux qui vivent leur mission à travers le monde en éprouvant la présence continue du Christ. Chacun d'entre nous peut devenir ce disciple bien-aimé dans la mesure où nous nous laissons guider par l'Esprit Saint car c'est l'Esprit Saint qui nous aide à découvrir à l'intérieur de nous-mêmes cette présence.

Ce texte nous prépare pour la fête solennelle de la Pentecôte, le don de l'Esprit Saint: «Et le Paraclet est descendu du ciel: le gardien et sanctificateur de l'Église, le régisseur des âmes, guide de ceux qui sombrent, phare des vagabonds, arbitre de ceux qui luttent et qui couronne les gagnants» (Saint Cyrille de Jérusalem).
-----

«Il en est de nos défauts comme des phares des automobiles:
seuls ceux des autres nous aveuglent.»
(Gaston Courtois)
-----

«La source de notre force, 
la garantie de notre persévérance, 
c'est et ce sera toujours la prière.»
(Bernard Häring)
-----

Diacre
au cœur du monde
-----


Photo:
Saint Jean
Cette statue est placée devant la Villa-Saint-Jean (La Pocatière)
Cette villa appartient au diocèse et est à vendre...
------


Bonne journée!
Jean-Yves


jeudi 21 mai 2015

(200,372) Être berger...

Bonjour!

Vendredi, 22 mai 2015


Photo:
De André Lavoie - Saint-Pacôme - Merci!
-----

Parole de Dieu de ce jour... 

Jean 21, 15-19

Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »
Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis.
Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. »
Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

-----

«Prends bien soin du présent
 puisque la vie ne te le confie que pour un instant.»
(François Gervais)
-----

Bonne journée!
Jean-Yves

mercredi 20 mai 2015

(200,263) Le rêve de Jésus: faire connaître son Père... / L'Église continue aujourd'hui la mission qui est la sienne de faire connaître le nom du Père...

« Sortons, sortons pour offrir à tous la vie de Jésus-Christ » : le pape invite à être animé non par « la peur de se tromper » mais par « la peur de se renfermer dans les structures qui donnent une fausse protection, dans les normes qui transforment en juges implacables, dans les habitudes… » car mieux vaut « une Église accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Église malade de la fermeture et du confort de s’accrocher à ses propres sécurités ». (49)
(ZÉNIT - 19 mai 2015 - Citation du pape François tirée de son encyclique:  "La Joie de l'Évangile"). 
-----

Bonjour!
Jeudi 21 mai 2015


Photo:
Sanctuaire champêtre Notre-Dame-de-Fatima
La Pocatière
-----

Voici la Parole de Dieu de ce jour...

(Jn 17,20-26): «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous sommes un: moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m'as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m'as aimé.

»Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux».

-----

Immense rêve de Jésus: que le monde soit UN...
L'unité des croyants, c'est le déclencheur de ce rêve...
-----
Commentaire: Abbé Joaquim PETIT Llimona, L.C. (Barcelona, Espagne)
Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront la Parole et croiront en moi
Aujourd'hui nous trouvons dans l'Évangile une solide source d'où puiser la confiance: «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui (…) croiront en moi» (Jn 17,20). C'est le Cœur de Jésus qui, dans l'intimité des siens, leurs ouvre les trésors inépuisables de son Amour. Il veut consolider leurs cœurs attristés par l'air d'«au revoir» qu'ont les gestes et paroles du Maître durant la Dernière Cène. C'est la prière indéfectible de Jésus qui monte vers le Père en intercédant pour eux. Quelle sécurité et quelle force trouveront-ils par la suite dans cette prière tout au long de leur mission apostolique! Au milieu des difficultés et des dangers qu'ils ont dû affronter, cette prière les accompagnera et sera la source de laquelle ils trouveront la force et le courage pour être témoins de leur foi à travers du renoncement à leur propre vie.

La contemplation de cette réalité, de cette prière de Jésus pour les siens, doit toucher nos vies: «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui (…) croiront en moi…». Ces paroles transcendent les siècles et arrivent, avec la même intensité avec laquelle elles étaient prononcées, jusqu'au cœur de tous et chacun des croyants. (...) 
-----

Si tu veux t'engager avec quelqu'un, 
il est important de t'engager avec toi-même...
N'aie pas peur de t'engager avec toi-même 
et d'y mettre le prix...
Ainsi ton engagement avec Dieu va tenir
 et tu seras fier (fière) de ta fidélité...
-----

«Quand Dieu nous donne encore un jour de vie, 
c'est parce qu'il a encore besoin d'un acte de nous ici-bas.»
(Charles Journet)
-----

Prions...

- Pour les prêtres de notre diocèse qui sont actuellement en retraite avec les prêtres du diocèse de Rimouski à Cacouna... 
- Pour tous les migrants des pays des pays de l'Asie de l'Est...
- Pour les enfants qui seront baptisés bientôt...
- Pour tous ceux et celles qui nous demandent de prier pour eux...
- Pour toi, pour moi...Prions...
-----

Il était 4 h 15...

Les petits oiseaux chantent et il commence à faire clair... 
C'est l'aurore...
C'est certain que le jour va venir.
Il en est ainsi avec la vie...
C'est certain que la vie avec Dieu, la vie sans fin,
la vie éternelle vient: 
elle est en marche. (présent... verbe d'action...).

Merci mon Dieu d'être croyant et d'être chrétien...
Ainsi ma foi me dit que Dieu m'attend.
J'ai du chemin à faire encore pour me montrer digne 
de cette rencontre: c'est le combat spirituel.
Dans ce combat, le Seigneur Jésus et l'Église m'accompagnent 
si je le veux bien...
+

«Dieu, viens à mon aide;
Seigneur, à notre secours.» 

«En tout cela nous sommes les grands vainqueurs, 
grâce à celui qui nous a aimés! (Rm 8, 37).

«Dieu qui a ressuscité le Seigneur, alléluia,
nous ressuscitera aussi par sa puissance, alléluia! (Au bréviaire - ce jour).

«L'homme devient juste par la foi en Jésus Christ.»
«Accorde-moi la vie à cause de ton nom, alléluia.»

«Seigneur, entend ma prière;
dans ta justice répond-moi.
N'entre pas en jugement avec ton serviteur:
aucun vivant n'est juste devant toi.» (Ps 42).

«Me voici devant toi comme une terre assoiffée (v. 6).
«Seigneur, j'ai un abri auprès de toi.» (v. 9).

«Le Seigneur se plaît avec ceux qui espèrent son amour.» 
(Ps 146, v. 11).
-----

Diacre
au cœur de notre monde
-----



Bonne journée!
Jean-Yves

(200,249) Comment être comblé de joie?... / Laissons-nous imprégner par la joie de Jésus... / Prendre un peu de temps pour prier...

Bonjour!
Mercredi 20 mai 2015


Voici la Parole de Dieu de ce jour...

(Jn 17,11b-19): Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie.

Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité.».
-----
Commentaire: Abbé Thomas LANE (Emmitsburg, Maryland, Etats-Unis)
Qu'ils aient en eux ma joie, et qu'ils en soient comblés

Aujourd'hui, nous habitons un monde où l'on ne sait plus que faire pour être vraiment heureux de la joie de Jésus, un monde où l'on cherche cette joie partout où elle n'est pas et d'une façon aussi erronée que possible. Chercher cette joie sans Jésus ne peut que conduire à une tristesse plus profonde encore. Il suffit de regarder les feuilletons à la télé: il s'agit toujours de quelqu'un qui a des problèmes…. Ces feuilletons télévisés nous montrent les misères de la vie sans Dieu.

Mais, aujourd'hui, nous voulons vivre avec la joie de Jésus. Dans l'Évangile, Jésus prie son Père «je parle ainsi, en ce monde, pour qu'ils aient en eux ma joie, et qu'ils en soient comblés» (Jn 17,13). Notons bien que Jésus veut que nous soyons comblés par sa joie. Il veut que notre joie soit complète. Ce qui ne veut pas dire que nous ne portions pas notre croix, car «le monde les a pris en haine parce qu'ils ne sont pas du monde» (Jn 17,14). Mais Jésus attend de nous que nous sachions vivre avec sa joie sans que nous importe ce que le reste du monde pense de nous. La joie de Jésus doit nous imprégner jusqu'au plus profond de nous-mêmes sans que la clameur superficielle d'un monde sans Dieu puisse nous pénétrer.

Vivons, donc, aujourd'hui, avec la joie de Jésus. Et comment pouvons-nous parvenir à l'augmenter? Certainement par Jésus lui-même. Lui seul qui peut nous donner la véritable joie qui manque dans le monde, comme en témoignent ces feuilletons de la télé. Jésus dit, «Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et vous l'obtiendrez» (Jn 15,7). Consacrons, donc, chaque jour un peu de notre temps à prier avec les paroles de Jésus dans les Écritures; nourrissons-nous d'elles, pénétrons-nous en; qu'elles soient pour nous la nourriture qui rassasie de la joie de Jésus: «À l'origine du fait d'être chrétien, il n'y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive» (Benoît XVI).
-----

«Rien ne peut donner de la beauté à notre visage, 
comme le désir de répandre la joie autour de nous.»
(Dr Pauchet)
-----

Bonne journée!
Jean-Yves