vendredi 15 décembre 2017

«Le signe de Dieu est l'Enfant: apprenons à vivre avec Lui et à pratiquer comme Lui l'humilité» (Benoit XVI).(262,845)

 Bonjour!
Vendredi 15 décembre 2017
 
 
Voici la Parole de Dieu de ce jour...    

 (Mt 11,13-19): «A qui vais-je comparer cette génération? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d'autres: ‘Nous vous avons joué de la flûte, et vous n'avez pas dansé. Nous avons entonné des chants de deuil, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine’. Jean Baptiste est venu, en effet; il ne mange pas, il ne boit pas, et l'on dit: ‘C'est un possédé!’. Le Fils de l'homme est venu: il mange et il boit, et l'on dit: ‘C'est un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs’. Mais la sagesse de Dieu se révèle juste à travers ce qu'elle fait».
Commentaire:
Abbé Antoni CAROL i Hostench (Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)
«A qui vais-je comparer cette génération?»

Aujourd'hui nous devrions être émus par le soupir du Seigneur: «A qui vais-je comparer cette génération?» (Mt 11,16). Jésus est abasourdi par nos cœurs souvent anticonformistes et ingrats. Nous ne sommes jamais contents, nous sommes toujours en train de nous plaindre. Nous osons même l'accuser et le rendre responsable de tout ce qui nous incommode.

Mais «la sagesse de Dieu se révèle juste à travers ce qu'elle fait» (Mt 11,19): il suffit de contempler le mystère de Noël. Et nous? Comment est notre foi? Est-ce qu'avec nos lamentations nous n'essayons pas de dissimuler l'absence de réponse? Voilà une bonne question à se poser en ce temps de l'Avent!

Dieu vient à la rencontre de l'homme, mais l'homme –et plus particulièrement l'homme moderne– se cache. Certains, comme Hérode ont peur. D'autres, sont, tout simplement, dérangés par sa présence: «A mort! A mort! Crucifie-le!» (Jn 19,15). Jésus est «Dieu-qui-vient» (Benoit XVI) et nous nous ressemblons à «l'homme-qui-part»: «Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu» (Jn 1,11).

Pourquoi fuyons-nous? A cause de notre manque d'humilité. Saint Jean-Baptiste recommandait de nous "diminuer". Et l'Eglise nous le rappelle chaque année à l'arrivée de l'Avent. Ainsi donc, faisons nous tout petits afin de pouvoir comprendre et accueillir le "Petit-bon-Dieu". Il se présente à nous dans l'humilité de ses couches: et jamais auparavant on n'avait annoncé un "Dieu-avec-des-couches"! Nous faisons une piètre image aux yeux de Dieu quand nous prétendons nous cacher derrière des fausses excuses et de faux prétextes. Déjà au printemps de l'humanité Adam rejette la faute sur Eve, Eve sur le serpent et… même après tant de siècles, nous n'avons pas changé.

Mais Jésus-Dieu arrive dans le froid et la pauvreté extrême de Bethléem et ne nous a fait aucun reproche. Au contraire!: il commence déjà à porter sur ses petites épaules toutes nos fautes. Alors, allons-nous avoir peur de Lui? Est-ce que nos excuses seront valables face au Petit Dieu? «Le signe de Dieu est l'Enfant: apprenons à vivre avec Lui et à pratiquer comme Lui l'humilité» (Benoit XVI).

-----
Bonne journée!
Jean-Yves

mercredi 13 décembre 2017

«Le Royaume des cieux subit la violence... » (262,768)

Bonjour!
Jeudi 14 décembre 2017
 
 
Voici la Parole de Dieu de ce jour...
 
(Mt 11,11-15): «Amen, je vous le dis: Parmi les hommes, il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s'en emparer. Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu'à Jean. Et, si vous voulez bien comprendre, le prophète Élie qui doit venir, c'est lui. Celui qui a des oreilles, qu'il entende!».
  
Commentaire:
Abbé Ignasi FABREGAT i Torrents (Terrassa, Barcelona, Espagne)
«Le Royaume des cieux subit la violence,
et des violents cherchent à s'en emparer»
Aujourd'hui, l'Évangile nous parle de Saint Jean-Baptiste, le Précurseur du Messie, celui qui est venu préparer les chemins du Seigneur. Il nous accompagnera dès aujourd'hui jusqu'au jour seize, jour ou prends fin la première partie de l'Avent.

Jean est un homme ferme, qui sait comment les choses sont difficiles pour nous, il est conscient qu'il nous faut lutter pour nous améliorer et devenir saint, et c'est pour cela que Jésus exclama: «Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s'en emparer» (Mt 11,12). Les “violents” sont ceux qui se font de la violence à eux-mêmes: —Je m'efface pour me faire croire que le Seigneur m’aime? Je me sacrifie pour être petit? Je m'efforce pour être conscient et vivre comme un fils du Père?

Sainte Thérèse de Lisieux se réfère aussi à ces paroles de Jésus qui disent quelque chose qui peut nous aider dans notre conversation personnelle et intime avec Jésus: «C'est toi, oh Pauvreté! mon premier sacrifice, je t'accompagnerai jusqu'à ce que je meure. Je sais que l’athlète, une fois dans le stade, se détache de tout pour courir. Savourez, mondains, votre angoisse et peine et les fruits amer de votre vanité; moi heureux, j'obtiendrais avec ma pauvreté les palmes du triomphe». —Et moi, pourquoi je me plains constamment quand je remarque qu'il me manque quelque chose que je considère comme nécessaire? Si seulement je voyais tous les aspects de ma vie aussi clairs que le Docteur!

D'une façon énigmatique Jésus nous dit aussi aujourd'hui: «Le prophète Élie qui doit venir, c'est lui [Jean-Baptiste]. Celui qui a des oreilles qu'il entende» (Mt 11,14-15). Qu'est ce qu'Il veut nous dire? Il veut nous éclaircir sur le fait que Jean était véritablement son précurseur, celui qui a mené à bien la mission de Élie, conforme à la croyance qu'existait à cette époque que le prophète Élie devait revenir avant le Messie.
 
-----
 
 
 
«Le Dieu de mon père était le Dieu de la vie. Présence toujours présente et toujours active. C'était le Dieu qui ne souffre jamais qu'on se laisse abattre par le désespoir, qui ne permet pas de dire: "Tout est fini!"
 
Tout est fini? Non, ce n'est pas vrai! Tout change! Il faut se rendre disponible au changement même s'il s'annonce difficile, et surtout s'il est incompréhensible. Qui sait si cette mutation, cette nouveauté n'apportera pas quelque chose de bon!»
(Carlo Carretto dans J'ai cherché et j'ai trouvé.)
-----
Bonne journée!
Jean-Yves
 


mardi 12 décembre 2017

UNITÉ MISSIONNAIRE DU CENTRE: CÉLÉBRATIONS COMMUNAUTAIRES DU PARDON / (262,708)


UNITÉ MISSIONNAIRE DU CENTRE
 - Région de La Pocatière -

Avent 2017


CÉLÉBRATIONS COMMUNAUTAIRES DU PARDON

avec absolution collective 



Décembre 2017

Date

Heure

Paroisse

Dimanche le 10

19h30

Saint Pascal

Lundi le 11

19h30

Saint Denis

Mardi le 12

19h30

Saint Gabriel

Mardi le 12

19h30

Résidence de Pèlerin de saint André

Mercredi le 13

19h00

Saint Louise

Mercredi le 13

19h30

Domaine des pivoines de sainte Hélène

Jeudi le 14

19h00

Saint Roch

Dimanche le 17

13h30

Saint Eugène

Mardi le 19

19h30

Saint Anne de La Pocatière

Mercredi le 20

19h30

Saint Jean-Port Joli



Comment préparer les chemins du Seigneur
dans nos vies?
-----

«Le temps qui nous est donné
 c'est le temps que Dieu nous accorde
pour que nous puissions nous convertir.»
(Card. André Vingt-Trois - Paris)
-----

 
Bonne journée!
Jean-Yves

dimanche 10 décembre 2017

La rencontre sincère avec Jésus Miséricordieux est un point essentiel dans la vie de tout chrétien.

Bonjour!
Lundi 11 décembre 2017
 
 
Voici la Parole de Dieu de ce jour...
 
    (Lc 5,17-26): Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l'assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem; et la puissance du Seigneur était à l'oeuvre pour lui faire opérer des guérisons. Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus. Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus. Voyant leur foi, il dit: «Tes péchés te sont pardonnés».

Les scribes et les pharisiens se mirent à penser: «Quel est cet homme qui dit des blasphèmes? Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul?». Mais Jésus, saisissant leurs raisonnements, leur répondit: «Pourquoi tenir ces raisonnements? Qu'est-ce qui est le plus facile? de dire: ‘Tes péchés te sont pardonnés’, ou bien de dire : ‘Lève-toi et marche’? Eh bien! pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur terre le pouvoir de pardonner les péchés, je te l'ordonne, dit-il au paralysé: lève-toi, prends ta civière et retourne chez toi». A l'instant même, celui-ci se leva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s'en alla chez lui en rendant gloire à Dieu. Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient: «Aujourd'hui nous avons vu des choses extraordinaires!».
Commentaire: Abbé Joan Carles MONTSERRAT i Pulido (Cerdanyola del Vallès, Barcelona, Espagne)
«Tes péchés te sont pardonnés»
Aujourd'hui le Seigneur nous instruit et nous guérit en même temps. Aujourd'hui nous voyons le Seigneur qui enseigne aux pharisiens et aux docteurs de la loi, ceux qui à son époque se considéraient très cultivés. Quelquefois en pensant à l'époque dans laquelle nous vivons et/ou aux longues études que nous avons faites, nous pensons qu'il ne nous reste pas beaucoup de choses à apprendre. Cette logique, qui n'a rien de surnaturel, nous amène parfois à vouloir faire que les chemins de Dieu soient les nôtres et non vice-versa.

Nous voyons dans l'attitude de ceux qui souhaitent la guérison d'un ami la résolution que nous mettons pour obtenir ce que nous désirons vraiment. Leur souhait, que l'infirme marche, n'est pas mauvais en soi. Mais cela ne suffit pas. Notre Seigneur veut réaliser en nous une guérison profonde. C'est pour cela qu'il commence par ce qu'Il est venu faire au monde, la signification même de son nom: sauver le monde de tous ses péchés.

La source la plus profonde de tous nos maux est le péché: «Tes péchés sont pardonnés» (Lc 5,20). Très souvent, notre prière ou notre intérêt est purement matériel, mais le Seigneur sait ce dont nous avons le plus besoin. Comme dans ce temps là, de nos jours les cabinets de médecins sont remplis de malades. Et à l'égal de ces malades, nous avons du mal à aller là où se trouve notre guérison complète, c'est à dire: à la rencontre du Seigneur dans le sacrement de la pénitence.

La rencontre sincère avec Jésus Miséricordieux est un point essentiel dans la vie de tout chrétien. Lui, qui est riche en miséricorde, nous rappelle, dans ce temps de l'Avent, que nous avons besoin du pardon qu'Il nous donne à bras ouverts et qu'il ne faut pas le délaisser. Parfois nous aussi nous avons besoin d'“écarter les tuiles” qui nous empêchent de Le voir. Je dois aussi “écarter les tuiles” de mes préjudices, de mes conforts, de mes préoccupations, de mes méfiances, qui sont un obstacle pour Le voir.


samedi 9 décembre 2017

Mgr Pierre Goudreault a été nommé évêque pour succéder à Mgr Yvon Joseph Moreau à la tête du diocèse de Sainte-Anne... /

Bonjour!
Dimanche 10 décembre 2017
Une Bonne Nouvelle! - Un nouvel évêque!
(Il y a maintenant 1900 messages à consulter sur ce blogue.)

 


(La Pocatière, le 8 décembre 2017). Ce matin, Sa Sainteté le pape François a accepté la démission de Monseigneur Yvon Joseph Moreau à titre d’évêque de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et nommé l’abbé Pierre Goudreault, de Rouyn-Noranda, pour lui succéder.

Sixième évêque de notre diocèse, Mgr Pierre Goudreault est né le 27 mai 1963 à Rouyn-Noranda. Il est l’aîné des deux enfants de Suzanne Miljours et de Denis Goudreault. En 1984, il obtenait un certificat en administration de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). La même année, il est entré au Séminaire universitaire Saint-Paul à Ottawa et il a été ordonné prêtre pour le diocèse de Rouyn-Noranda le 18 mai 1991. Mgr Goudreault a obtenu un doctorat en théologie en 1998 à l’Université Saint-Paul d’Ottawa.
Au début de son ministère presbytéral, il a été vicaire de la paroisse Saint-Martin-de-Tours, à Malartic (1991-1994). Durant ses études supérieures, il a fait partie de l’équipe de formation du Séminaire universitaire Saint-Paul d’Ottawa (1994-1996). Ensuite, il est devenu curé des quatre paroisses de l’Unité pastorale Notre-Dame-de-l’Entente (1997-2002) puis prêtre modérateur de la paroisse Sainte-Trinité au centre-ville de Rouyn-Noranda (2002-2017), curé de la paroisse Sainte-Famille à Arntfield (2011-2013) et de Blessed Sacrament Parish (2013-2017). Monseigneur Goudreault est membre du Conseil Communautés et Ministères de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AÉCQ).
Au cours d’un échange téléphonique avec Monseigneur Moreau, l’évêque désigné se disait heureux de venir servir notre Église diocésaine et désireux de nous rencontrer bientôt. D’ailleurs, il est déjà acquis qu’il effectuera sa première visite chez-nous les 19 et 20 décembre prochains pour un premier contact avec l’équipe diocésaine.
Auteur de huit livres et de vingt-deux articles en ecclésiologie et en liturgie, Monseigneur Goudreault a été conférencier invité dans une vingtaine de diocèses au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. Il a été chargé de cours à l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick (2006 et 2012). Il a aussi enseigné à la Faculté de théologie de l’Université Saint-Paul où il a été professeur à temps partiel au programme de Doctorat en théologie pratique (2014-2017).
Administrateur apostolique

En annonçant la nomination de notre nouvel évêque, le pape François nommait aussi Monseigneur Yvon Joseph Moreau comme administrateur apostolique du diocèse de Sainte-Anne-de-La-Pocatière en attendant la prise de possession officielle par son successeur. Rappelons aussi que conformément au code de droit canonique (Can 401§1), Monseigneur Moreau avait présenté sa démission au Saint-Père en octobre 2016, ayant alors atteint l’âge de 75 ans. En outre, il y aura neuf ans le 27 décembre prochain que Monseigneur Moreau occupe le siège épiscopal de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
Selon l’annuaire 2017 de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CÉCC), notre diocèse compte 55 paroisses avec une population de 87 375 catholiques. Pour guider ces fidèles, le diocèse peut compter sur les services de 74 prêtres, 16 agentes et agents de pastorale laïques, 7 diacres permanents et 106 religieuses ainsi que quelques membres d’instituts séculiers.


-30
Source : Gaétan Godbout
Service des communications

mardi 5 décembre 2017

«Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! » / La gratitude est une des facettes de l'humilité. / (262,468)

Bonjour!
Mardi 5 décembre 2017
 
 
 
Voici la Parole de Dieu de ce jour...
 
(Lc 10,21-24): En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint Esprit, et il dit: «Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l'as voulu ainsi. Toutes choses m'ont été données par mon Père, et personne ne connaît qui est le Fils, si ce n'est le Père, ni qui est le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. Et, se tournant vers les disciples, il leur dit en particulier: Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! Car je vous dis que beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu».
  
Commentaire:
Abbé Jean GOTTIGNY (Bruxelles, Belgique)
«Je te loue, Père»
Aujourd'hui nous lisons un extrait du chapitre 10 de l'Évangile selon saint Luc. Le Seigneur a envoyé soixante-douze disciples dans les localités où lui-même devait se rendre. Ils reviennent exultants. En les entendant raconter leurs faits et gestes, «Jésus tressaillit de joie par le Saint Esprit, et il dit: ‘Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre’» (Lc 10,21).

La gratitude est une des facettes de l'humilité. L'arrogant estime ne rien devoir à personne. Pour remercier, il faut être capable de découvrir sa petitesse. “Merci” est un des premiers mots que l'on apprend aux enfants. «Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les a révélées aux enfants» (Lc 10,21).

Benoît XVI, parlant de l'attitude d'adoration, affirme qu'elle suppose une «reconnaissance de la présence de Dieu, Créateur et Seigneur de l'univers. C'est une reconnaissance emplie de gratitude, qui part du plus profond du cœur et qui investit l'être tout entier, car ce n'est qu'en adorant et en aimant Dieu par-dessus tout que l'homme peut se réaliser pleinement lui-même».

Une âme délicate éprouve le besoin d'exprimer sa reconnaissance. C'est la seule chose que les hommes peuvent faire pour répondre aux faveurs divines. «Qu'as-tu que tu n'aies reçu?» (1Co 4,7). Dès lors, il nous faut «rendre grâce à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint; avec la grande miséricorde dont il nous a aimés, il nous a pris en pitié, et alors que nous étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ pour que nous soyons en lui une nouvelle création» (S. Léon le Grand).
-----
 
 
-----
 
«La prière, c'est la clé du matin et le verrou du soir.»
(Frère Roger de Taizé)
-----
 
INFORMATION:
 
Soirées de ressourcement pour l'Avent
 avec Mgr Yvon Joseph Moreau
 
Thème:
«Communier à la Parole»
 
- Mardi 05 décembre à 19 h 30
 à l'église de Saint-Pascal
 
- Mercredi 06 décembre à 19 h 30
à la cathédrale de La Pocatière (Chapelle Saint-Joseph)
 
- Mardi 12 décembre à 19 h 30
à l'église de Saint-Jean-Port-Joli.
 
Offrez-vous une belle sensibilisation à la Parole de Dieu
et une bonne réflexion en ce temps de l'Avent...
 
BIENVENUE À TOUS!
-----
 
 
«La lumière et une chose qui pousse à l'intérieur,
dans le tréfonds de l'âme.»
(Félix Leclerc)
-----
 
«Dans la foi, la vie nous a été confiée
et nous avons chacune et chacun une destinée à accomplir
à partir des choix que nous posons.»
(Philippe Cochinaux)
-----
 
Bonne journée!
Jean-Yves
 
+
 
 


dimanche 3 décembre 2017

«Prenez garde, veillez: car vous ne savez pas quand viendra le moment» / «Veillez!» / (262,318)

Bonjour!
Dimanche 3 décembre 2017
 
 
Photo:
Sculpture de la Vierge enceinte et de Joseph
(décors à l'avant de la cathédrale)
-----
 
Premier dimanche de l'Avent
Voici la Parole de Dieu de ce dimanche...
 
Texte de l'Évangile (Mc 13,33-37): Jésus parlait à ses disciples de sa venue: «Prenez garde, veillez: car vous ne savez pas quand viendra le moment. Il en est comme d'un homme parti en voyage: en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et recommandé au portier de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin. Il peut arriver à l'improviste et vous trouver endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous: Veillez!».
Commentaire:
Abbé Antoni CAROL i Hostench              (Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)
«Prenez garde, veillez: car vous ne savez pas quand viendra le moment»
Aujourd'hui, en ce premier dimanche de l'Avent, l'Église commence à parcourir une nouvelle année liturgique. Donc nous rentrons, dans une période d'attente, rénovation et de préparation.

Jésus nous avertit «Prenez garde, veillez: car vous ne savez pas quand viendra le moment» (Mc 13,33). En effet, dans la vie il y a un moment décisif. Quand est-ce qu'il arrivera? Nous l'ignorons. Le Seigneur n'a même pas voulu révéler le moment où arriverait la fin du monde.

Enfin, tout ceci nous amène à avoir une attitude d'attente et une prise de conscience «Il peut arriver à l'improviste et vous trouver endormis» (Mc 13,36). Le temps de notre vie est un temps de don de soi, afin d'atteindre la maturité de notre capacité d'aimer, ce n'est pas un temps pour le divertissement. C'est un temps de "fiançailles"; telle une préparation aux "noces" en communion avec Dieu et ses saints dans l'au-delà.

Mais la vie c'est constamment commencer et recommencer. Le fait est que nous sommes confrontés à des moments décisifs: chaque jour, chaque heure, ou chaque minute peuvent peut-être se transformer en moment décisif. Beaucoup ou peu, mais que ce soient des jours, des heures ou des minutes: c'est là, dans ce moment concret que le Seigneur nous attend. «Dans notre vie, dans la vie des chrétiens, la première conversion est importante —ce moment unique, dont chacun se souvient, où l'on découvre clairement tout ce que nous demande le Seigneur— mais plus importantes encore, et plus difficiles, se révèlent les conversions suivantes» (Saint Josémaria).

Dans ce temps liturgique nous nous préparons à célébrer le grand “Avènement”: la venue de Notre Seigneur. “Noël”, “Nativitas”: que chaque journée de notre existence soit une “naissance” à la vie de l'amour! la meilleure manière de veiller c'est peut-être de faire de notre vie un “Noël” permanent. Notre Mère la Sainte Vierge Marie veille sur nous!
-----
 
 
Oser y croire!
 
«Si un vieux sapin tout sec peut faire des bourgeons,
 il faut oser croire que Dieu peut faire de même dans notre vie...»
(Dans le document de l'Avent de Carmelle Laplante)
-----

Bon dimanche et bon temps de l'Avent!
Jean-Yves

jeudi 30 novembre 2017

« Venez à ma suite, leur dit-il, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Ils se lèvent et ils le suivent.(262,168)

Bonjour!
Jeudi 30 novembre 2017
 
 
Voici la Parole de Dieu de ce jour...

Matthieu chapitre 4, 18-22

   
Comme il cheminait sur le bord de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André son frère, qui jetaient l’épervier dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs. Et il leur dit : “Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.” Eux, aussitôt, laissant les filets, le suivirent. Et avançant plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, dans leur barque, avec Zébédée leur père, en train d’arranger leurs filets ; et il les appela. Eux, aussitôt, laissant la barque et leur père, le suivirent. »
       
       
Points de réflexion

1. Aussitôt sorti du désert où il a été tenté pendant quarante jours par le diable, Jésus se rend en Galilée, dans le nord du pays. Sa victoire lors du combat contre le diable est une annonce de la suite de l’Évangile. Jésus est venu pour vaincre – et nous donner à nous aussi les moyens de vaincre – toute forme de mal.
La première étape du ministère de Jésus commence donc en Galilée, avec le texte de ce jour. La Galilée contraste fortement avec le désert de Judée qui est un désert de collines et de pierres. La Galilée est une vaste région qui entoure plusieurs lacs. Le plus grand d’entre eux est celui que l’on appelle « mer » de Galilée. C’est là que Jésus marche, seul, au bord du lac, à Capharnaüm. Aujourd’hui, il appelle ses premiers disciples. Il les choisit parmi une population humble et travailleuse : ceux qui vivent de la pêche. Cela nous en dit déjà beaucoup sur ce « rabbi » et son programme. Il n’enseigne pas à Jérusalem, la capitale. Il ne recherche pas à être suivi par des gens importants et influents. L’argent ne l’intéresse pas. Une grande culture intellectuelle n’est pas nécessaire pour faire partie de son cercle. Jésus appelle de simples pécheurs à le suivre. Pour le dire autrement : en appelant des pêcheurs à être ses disciples, Jésus veut dire que tous les hommes peuvent le suivre, puisqu’il n’y a pas de prérequis. Mais cela veut dire aussi que ceux qui ont « plus de science » que des pêcheurs doivent se mettre à l’école des pêcheurs, c’est-à-dire à l’école de la simplicité et de l’humilité, pour suivre Jésus. Le message est donc clair dès le départ ! Il s’adresse à chacun de nous aujourd’hui !

2. Jésus fixe d’abord son regard sur Pierre et André (dont c’est la fête en ce jour), deux frères qui sont en train de pêcher depuis leur barque. « Venez à ma suite, leur dit-il, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Ils se lèvent et ils le suivent. Bien sûr, leur vie à la suite de Jésus va changer radicalement. Pourtant, ils continueront à être ce qu’ils étaient déjà : des pêcheurs. C’est peut-être pour cela qu’ils acceptent de le suivre sans hésitation. Parce que Jésus ne leur demande pas quelque chose de complètement nouveau. Ils continueraient de pêcher. Ils resteraient toujours pêcheurs, oui, mais désormais pêcheurs autrement : des pêcheurs d’hommes. Si jusque-là, Pierre et André pêchaient du poisson afin de nourrir leur famille, désormais ils ne serviront plus leur famille sur un plan matériel, mais ils serviront l’humanité en lui apportant la Bonne Nouvelle. Cela les emmènera très loin de la Galilée. Nous savons que Pierre, après la Résurrection de Jésus, ira de Jérusalem à Rome pour évangéliser. André, quant à lui, la tradition dit qu’il évangélisa les Grecs. Les deux frères mourront crucifiés, l’un à Rome, l’autre à Patras. Tous deux ont trouvé le sens de leur vie et de leur mort dans l’amour du Christ.
         
Emanuelle Pastore, consacrée de Regnum Christi
 
-----
 
«Les anges sont des accompagnateurs spirituels sur notre chemin.»
(Anselm Grün)
-----
 
Bonne journée!
Jean-Yves