vendredi 29 avril 2011

- Jésus était là sur le rivage...

B o n j o u r !


Photo:
Un sous-bois de Lormes - France - Bernard Lecomte - Merci!
-----

Fête du jour: Sainte Catherine de Sienne
Tertiaire dominicaine. - Elle est décédée à Rome en 1380,
à l'âge de 33 ans. -  
Elle parcourut l'Italie et la France, invitant l'Église
à la réforme et à l'unité.
Elle a été déclarée "docteure de l'Église" par le pape Paul VI
le 4 octobre 1970. -
Elle fut la première femme à recevoir ce titre dans l'Église. -
Elle est une copartonne de l'Europe. 

-----

Voici la Bonne Nouvelle du jour...

Le cœur brulant
(Jean 21,1-14) + Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord du lac de Tibériade, et voici comment. Il y avait là Simon-Pierre, avec Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, ils passèrent la nuit sans rien prendre. Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre l’entendit déclarer que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau. Les autres disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres. En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. » Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré. Jésus dit alors : « Venez déjeuner. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche, prend le pain et le leur donne, ainsi que le poisson. C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.
-----

Pour aider notre réflexion...


1. Pris par de vieilles habitudes.
Après quelques rencontres avec le Seigneur ressuscité, les disciples ont retrouvé un peu de leur courage. Pourtant ils se sentent encore seuls et perdus. Ce n’est pas encore clair pour eux comment ils doivent suivre Jésus. Aussi, dans le doute, ils partent pêcher, comme ils faisaient avant leur rencontre avec Jésus.
Quelquefois des grâces sensibles et des inspirations majeures nous entraînent à faire l’œuvre du Seigneur, mais sommes-nous capables de continuer sans consolations ? Est-ce qu’il m’arrive de vouloir me « débrouiller tout seul », faire à ma façon ? Combien de fois est-ce que je rends présent le Seigneur dans mon travail en le lui offrant ? Ou encore mieux, combien de fois est-ce que je lui demande d’agir à travers moi ?


2. Avec Jésus, un échec apparent n’est jamais définitif.
Trop souvent, nous nous décourageons face à un échec. Certains font des reproches à Dieu car ils pensent que Dieu les a abandonnés. Pierre et les autres avaient été très heureux. Ils avaient vu Jésus ressuscité. Ils se remettent à la pêche et voilà que de toute la nuit ils ne prennent pas le moindre poisson. A l’aube, ils se sentent découragés. Le découragement peut venir à bout des plus solides fondations, comme des gouttes d’eau glacée peuvent fissurer un mur de béton. Si le découragement n’est pas enrayé par une espérance solide, il nous détruit. Pierre a entendu le conseil « Jetez le filet à droite de la barque ». Pierre est ouvert à cette suggestion. A son exemple, gardons l’esprit ouvert afin de combattre le découragement.


3. Ma réponse d’amour du Ressuscité.
Les disciples doivent apprendre que le Seigneur est maintenant là, avec eux, inspirant et bénissant leur travail, les nourrissant et pensant à eux, même quand ils ne peuvent le voir ni sentir sa présence. Mais sa nouvelle présence permet et nécessite à la fois un « amour ressuscité ». Pierre a laissé tomber Jésus à l’heure de la Passion. La Résurrection signifie que maintenant il peut se « rattraper » pour son manque d’amour : nageant dans ses vêtements trempés, puis courant vers la barque et, seul, tirant le filet chargé vers le sable et Jésus... seul un nouvel amour explique un tel élan. Jésus surgit pour m’aimer et renouveler mes efforts d’aimer. Est-ce que j’ai recours fréquemment au sacrement de réconciliation et à l’Eucharistie pour y retrouver le Seigneur et renouveler mon amour pour lui ?                                                           (D'après catholique.org)
-----

"Il s'est levé d'entre les morts,
Le Fils de Dieu notre frère.
Il s'est levé libre et vainqueur;
Il a saisi notre destin
Au coeur du sien
Pour le remplir de sa lumière." (...)
(Une hymne pascale - au bréviaire).
-----
"Le Seigneur a fait merveille,
éternel est son amour, alleluia!"
 (Antienne)
-----

Prions...

- Pour les jeunes de l'Islet qui seront confirmés demain...
-----
Excellente journée à tous et à toutes!
Fraternellement!
Jean-Yves
-----

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Pris par quelques activités diaconales et familliales j'ai "loupé" l'anniverssaire d'ordination .....
Accepte avec retard les voeux d'un frère plus ancien dans l'ordre (24 ans)mais qui se sent encore jeune de coeur... Continue à nous tenir "éveillé" pour le service des frères.
Amitiés fraternelles pour toi et tes lecteurs.

François

Jean-Yves a dit…

Merci François pour ton message et tes bons voeux. Sache que j'apprécie beaucoup cette marque d'attention.
Tu es de 10 ans mon aîné dans cet ordre et je sais que tu as toujours la flamme!
Nous sommes avec toi pour ton homélie de fin de semaine; l'Esprit Saint aussi, évidemment!
Fraternellement! (Jean-Yves)